Nigéria: un professeur d’université en prison pour harcèlement et agression s3xuelle sur une étudiante

AfriqueAfrique – SociétéNigéria: un professeur d'université en prison pour harcèlement et agression s3xuelle sur une étudiante

Pelumi Adewole, professeur à l’Université d’État de Kwara, Malete, a été traduit en justice devant un tribunal d’instance siégeant à Ilorin, dans l’État de Kwara, à la suite d’une série d’accusations de harcèlement sexuel d’une étudiante. 

Adewole, qui a été interpellé pour des accusations d’intimidation criminelle, de harcèlement sexuel et de corruption sur les notes des examens, entre autres après son arrestation par le Bureau des renseignements de l’État, a été accusé d’avoir appelé et menacé de détruire une étudiante si elle refusait de coucher avec lui.

Ces faits qui vont contre les articles 397 et 95 de la loi sur le Code pénal et l’article 3 (320) de la loi sur les pratiques abusives en matière d’examen Cap se sont déroulés en septembre 2021. La police a demandé à l’élève de jouer le jeu afin d’obtenir des preuves. La fédération de l’État des femmes juristes internationales de Kwara (FIDA) qui s’est également impliquée dans l’affaire a donné les explications nécessaires au tribunal.

« Le conférencier a attiré l’étudiante dans sa chambre vers 20h30 sur Taoheed Road, dans la région de Basin, Ilorin, où il lui a donné un nouveau questionnaire et un nouveau script de réponse de KWASU pour réécrire son examen avec la promesse d’avoir des relations sexuelles avec elle jusqu’à l’aube. Le suspect a toutefois été appréhendé au cours du processus par des détectives du SIB, qui se cachaient à un endroit. » a indiqué la fédération.

À la suite du plaidoyer de « non-culpabilité » d’Adewole, le procureur, Nasiru Yusuf, qui a noté que le harcèlement sexuel était devenu endémique dans les établissements d’enseignement supérieur du pays, a demandé au tribunal de placer le conférencier en détention car les infractions ne sont pas passibles de caution. L’avocat du conférencier, AJ Opalekunde, a plaidé auprès du tribunal pour qu’on lui accorde une caution parce qu’il bénéficie toujours du droit de la présomption jusqu’à ce qu’il soit reconnu coupable par le tribunal.

Le magistrat Ibrahim Mohammed, en charge de l’affaire a accordé à l’accusé une caution d’un montant de 200 000 nairas, avant de reporter l’affaire au 8 décembre 2021 pour plus ample mention.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P