Guinée: le mouvement de contestation FNDC tient tête à la junte

AfriqueAfrique – PolitiqueGuinée: le mouvement de contestation FNDC tient tête à la junte

Alors que la junte au pouvoir à Conakry a annoncé sa dissolution, le mouvement de contestation FNDC a totalement rejeté cette dissolution, et a annoncé de nouvelles manifestations.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) ne compte pas se plier à la décision des autorités de la transition en Guinée. Alors que le gouvernement guinéen a pris lundi, un décret portant dissolution de cette coalition, qu’il accuse de mener des « actions qui mettent en péril l’unité nationale », le FNDC reste droit dans ses bottes et maintient sa manifestation prévue le 17 août dans le pays.

Dans sa déclaration, le mouvement a dénoncé son bannissement comme une « décision illégale, sans fondement et arbitraire ». « La prétendue décision illégale, sans fondement et arbitraire, de dissoudre le FNDC témoigne de la volonté (de la junte) de faire de l’intimidation, du harcèlement et donc de la tyrannie des leviers suprêmes de la transition », a souligné le FNDC dans son communiqué.

Une mobilisation internationale et nationale

Le mouvement a appelé « tous les citoyens à une mobilisation internationale et nationale en accompagnant les manifestations du 14 août en Belgique et du 17 août sur toute l’étendue du territoire national ». 

« Exigeons pacifiquement et de manière citoyenne le retour rapide à un ordre constitutionnel. Mobilisons-nous, massivement, pour faire échec à la pérennisation d’un régime militaire en Guinée », a plaidé le FNDC.

L’organisation a, par ailleurs, appelé « les autorités (guinéennes) à rétablir le FNDC et à garantir la liberté d’expression et d’association qui sont des droits consacrés par des conventions et traités internationaux relatifs aux droits humains que la Guinée a ratifiés ».

Le mouvement FNDC est un regroupement civique qui est à l’origine d’une série de manifestations du 14 octobre 2019 en Guinée pour protester contre la modification ou l’adoption d’une nouvelle constitution qui a conduit le président Alpha Condé à un troisième mandat présidentiel. Il est à l’origine des manifestations du 28 et 29 juillet 2022, qui ont fait plusieurs dégâts à Conakry. Le mouvement dénonce notamment le manque de réponse à ses demandes d’un « dialogue crédible » sur la transition vers un pouvoir civil.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P