Moov Africa Start up challenge

Bénin: blanchi par la justice de son pays, Bertin Koovi apprécie le fonctionnement du système judiciaire

BeninBénin – PolitiqueBénin: blanchi par la justice de son pays, Bertin Koovi apprécie le fonctionnement du système judiciaire

Poursuivi pour « incitation à la haine et à la violence », le président de l’Alliance Iroko, Bertin Koovi, a bénéficié d’une ordonnance de non-lieu de la justice béninoise. Reçu dans un entretien ce lundi 16 Août 2021 par une radio de la place, l’ex-chef de file de la résistance contre le pouvoir Talon, qui s’est désormais rallié à la mouvance, a donné son avis sur le fonctionnement du système judiciaire béninois.

Contrairement à ce qui est abondamment relayé dans l’opinion, la liberté reste toujours la règle et la détention, l’exception au sein du système judicaire béninois.

A lire aussi: Bénin – Arrestation de Joël Aïvo: Patrice Talon saisi d’une lettre, demandant la libération du constitutionnaliste

C’est du moins ce que pense Bertin Koovi à la faveur d’un entretien qu’il a accordé ce lundi à Océan Fm. L’acteur politique en veut pour preuve sa personne, qui vient de bénéficier d’un non-lieu dans un dossier « d’incitation à la violence et à la haine ».

En effet, blanchi de toute charge, Bertin Koovi trouve dans la décision qui le met hors de toute poursuite judiciaire, la preuve que le Bénin est un pays où la justice ne cherche pas forcément à incarcérer les citoyens.

Selon lui, quand la justice vient à incarcérer un Béninois, c’est parce qu’elle estime que celui-là est dangereux pour la société ou pour lui-même.

« Quand la république vient à incarcérer un Béninois, c’est parce qu’elle estime que celui-là est dangereux pour la société ou que cela est dangereux pour lui-même d’être en liberté. On le met un temps en prison, ou en détention pour le protéger de lui-même, soit pour protéger la république, ou soit pour lui permettre d’avoir le temps de faire une évaluation de sa vie ou de ses positions dans la société« , confie-t-il.

Objet d’une poursuite judiciaire par mandat N°4/2019/00040 émis en Mai 2019 pour des faits d’incitation à la violence et à la haine, Bertin KOOVI est blanchi par une décision de justice.

Une décision qui lui a d’ailleurs permis de revenir dans son pays après plusieurs mois d’exil en Bolivie, où il exerçait son activisme politique à travers des audios relayés sur les réseaux sociaux.

Bertin Koovi désormais soutien du président Patrice Talon

A quelques semaines de l’élection présidentielle du 11 Avril 2021, le président de l’Alliance Iroko, Bertin Koovi, a révisé sa position politique. De l’opposition, il annonce son soutien politique au président de la République.

L’acteur politique a justifié ce revirement politique par la trahison des leaders de l’opposition qui sont allés contre la décision rendue par la cour d’Arusha en se conformant aux nouvelles lois électorales, mais surtout de la consistance du programme d’action de Patrice Talon alors candidat pour un second mandat.

Reçu au palais de la Marina le 6 Avril 2021 par le président de la République, Bertin Koovi confie à sa sortie d’audience « qu’il n’y a que les cons ou les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Je me suis rendu compte que les choses ont évolué… ».

Le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2016 affirme que l’appréciation qu’il a de la gouvernance en étant hors du territoire national était biaisée.

Mais maintenant qu’il a touché du doigt la réalité et a été mis au parfum de ce que le chef de l’Etat compte faire au cours de son second mandat, il ne peut que lui accorder son soutien.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P