AccueilPeopleCélébritéSafarel Obiang: le chanteur déclare la guerre à une compagnie de téléphonie mobile

Safarel Obiang: le chanteur déclare la guerre à une compagnie de téléphonie mobile

Le chanteur ivoirien Safarel Obiang s’en est pris à une société de téléphonie mobile à qui il reproche de ne pas accompagner les acteurs culturels ivoiriens contrairement à leurs concurrents.

Safarel Obiang a attaqué sans la nommer, une société de téléphonie mobile au lendemain de son concert au Palais de la culture le 29 juillet 2022. « Dans le domaine de la téléphonie mobile et du transfert d’argent, voici les trois grandes sociétés qui se soucient de la stabilité financière de la population et des acteurs culturels ivoiriens( MOOV AFRICA – MTN – WAVE) . Malgré qu’ils soient aussi des sociétés commerciales à la recherche de leurs bénéfices tout comme vous. C’est ça on appelle quelqu’un qui te vient en aide pendant que lui même il se cherche …. Ce n’est plus de l’aide, on appelle ça de l’amour. Chez nous en Côte d’Ivoire on dit c’est où on t’aime et on te considère que tu t’en vas …… Vive les jaunes bleus », a balancé Safarel Obiang sur sa page Facebook.

Selon l’artiste, c’est quand l’entreprise dont il n’a pas cité le nom est en difficulté qu’elle se souvient des artistes ivoiriens. « Pourtant, quand tout va bien, elle fait appel aux artistes internationaux. Ça, c’est très malhonnête de votre part. C’est vrai, c’est votre marketing, mais ne venez pas vers nous seulement quand ça ne va plus trop dans votre société », a-t-il insisté.

A en croire Safarel Obiang, rien ni personne, et encore moins aucune société ne peut décider de la carrière d’un artiste.

Toute l'actu People

Laisser un commentaire

A Lire Aussi

Fecub Award 2022: Camille Makosso élu meilleur influenceur de l’Afrique de l’ouest

Le révérend pasteur ivoirien, le général Camille Makosso a été désigné...

Kaaris: Le rappeur français placé en garde à vue pour violences sur son ex-compagne

Kaaris se trouve actuellement entre les mailles de la police française....
P