« Le Bénin d’hier, le Bénin d’aujourd’hui »: poétique discours d’adieu de Louis Vlavonou à Talata

News - InfosPolitique"Le Bénin d'hier, le Bénin d'aujourd'hui": poétique discours d'adieu de Louis Vlavonou à Talata

L’ancienne vice-présidente de l’Assemblée nationale, huitième législature, était, ce vendredi 22 Mai, sous les feux de rampe à l’hémicycle. Au cours d’une cérémonie d’au-revoir organisée par ses collègues parlementaires, Louis Vlavonou, dans un discours teinté de poésie, a non seulement salué sa collègue mais remercié le président Talon pour avoir soustrait le Bénin de l’égout.

Le Parlement, sous l’égide de son président, Louis Vlavonou, a organisé, le vendredi 22 Mai dernier, une cérémonie d’au-revoir à Mariam Talata Chabi, appelée par la République sur d’autres fronts.

Qatar 2022
Match à venir
Fifa Coupe du Monde
30 Nov 2022
- 16h00
Tunisie
- -
France
Fifa Coupe du Monde
30 Nov 2022
- 16h00
Australie
- -
Danemark
Fifa Coupe du Monde
30 Nov 2022
- 20h00
Pologne
- -
Argentine
Fifa Coupe du Monde
30 Nov 2022
- 20h00
Arabie Saoudite
- -
Mexique
Derniers Résultats
Fifa Coupe du Monde
29 Nov 2022
- 20h00
Iran
0 1
USA
Fifa Coupe du Monde
29 Nov 2022
- 20h00
Pays de Galles
0 3
Angleterre
Fifa Coupe du Monde
29 Nov 2022
- 16h00
Equateur
1 2
Senegal
Fifa Coupe du Monde
29 Nov 2022
- 16h00
Pays-Bas
2 0
Qatar

A Lire aussi: Bénin: la FCBE de Paul Hounkpè ne figurera pas dans le gouvernement du Président Patrice Talon

Au cours de cette cérémonie d’au-revoir, le président du Parlement, Louis Vlavonou, a délivré un discours, qui a rappelé le mérite du président Patrice Talon depuis son avènement au pouvoir, en 2016.

Dans ce discours délivré sur l’esplanade extérieure du Palais des Gouverneurs, devant des membres de la famille de celle qui, depuis ce dimanche, est devenue la Vice-présidente de la République, de ses désormais anciens collègues, du Ministre de la Justice chargé des relations avec les institutions, du personnel civil et militaire de l’administration parlementaire, Louis Vlavonou a exposé comment Talon a donné un souffle nouveau à la République.

« Il y a cinq ans, nous étions en face d’un Bénin qui se débattait ; son destin semblait incertain et précaire son avenir. C’était un Bénin marginalisé et chosifié, objet plus qu’acteur dans l’ordre international dont le destin demeurait une énigme et l’avenir pareil au rougeoiement incertain d’un soleil crépusculaire confisqué par la mer« ; présente poétiquement Louis Vlavonou dans son discours.

Dans sa caricature du Bénin d’avant 2016, Louis Vlavonou compare le pays comme un refuge de nos doutes et de nos interrogations, son sort, à l’en croire, était un ailleurs inconnu, qui semblait voué à l’ossification, à la crétinisation et qu’habitait la désespérance.

« Mais fallait-il accepter un tel état de fait ? Fallait-il se complaire dans une pareille aberration, ce qui équivaudrait à se résigner à une sorte de suicide collectif et admettre ipso facto que le Bénin devrait demeurer dans la situation de détresse qui était la sienne ? »; s’est-il demandé dans son discours.

Coup de destin, poursuit-il, en 2016, l’homme d’affaires Patrice Talon est élu président de la République. Depuis lors, le pays a commencé à sortir la tête de l’eau.

Après cet éloge au chef de l’Etat, le président du Parlement a finalement rendu hommage à sa collègue du bureau de l’Assemblée nationale, qui s’envole pour une autre mission.

Pour Louis Vlavonou, Mariam Talata Chabi est une femme d’exception. Se référant à la bible, le président de l’Assemblée nationale affirme que Talata est comparable à la femme, dont parle le livre Cantine des Cantiques au chapitre 1er, les versets 5 et 6 :

« Noire, je le suis, mais belle, fille de Jérusalem, pareille aux tentes de Qédar, au tissu de Salma. Ne regardez pas ma peau noire : c’est le soleil qui m’a brunie. Les fils de ma mère se sont fâchés contre moi : ils m’ont mise à garder les vignes. Ma vigne, la mienne, je ne l’ai pas gardée… « » Lire ci-dessous l’intégralité du discours du président Louis Vlavonou

Discours poétique de Vlavonou sur Talon et sur Talata

« …Il y a cinq ans, nous étions en face d’un Bénin qui se débattait ; son destin semblait incertain et précaire son avenir. C’était un Bénin marginalisé et chosifié, objet plus qu’acteur dans l’ordre international dont le destin demeurait une énigme et l’avenir pareil au rougeoiement incertain d’un soleil crépusculaire confisqué par la mer.

Refuge de nos doutes et de nos interrogations, son sort était un ailleurs inconnu qui semblait voué à l’ossification, à la crétinisation et qu’habitait la désespérance. Mais fallait-il accepter un tel état de fait ? Fallait-il se complaire dans une pareille aberration, ce qui équivaudrait à se résigner à une sorte de suicide collectif et admettre ipso facto que le Bénin devrait demeurer dans la situation de détresse qui était la sienne ? Assurément non !

Car comme le dit André Fontaine, écrivain français : « c’est une des lois de l’histoire que tous les moments de doute et de décadence ont été suivis de période de renaissance. Les hommes le savent bien qui ont si souvent trouvé dans l’espoir d’un avenir meilleur les moyens de supporter un insupportable présent. » .

C’est ce que le Président Patrice TALON a compris en engageant notre pays sur la voie de la renaissance car c’est le futur, l’avenir qui commande et doit commander la vision des hommes politiques qui ont de l’ambition pour leur pays… 

Une aube nouvelle s’est ouverte depuis 2016

« Depuis 2016, s’est achevée une période de la malchance et le peuple béninois se révèle à lui-même grâce à la volonté d’un chef d’Etat qui se révèle à lui-même comme un nationaliste, un panafricaniste, que dis-je, un révolutionnaire qui s’ignore et c’est cette face cachée de Patrice TALON qui fonde mon engagement à ses côtés avec foi et détermination.

Car figurez-vous, depuis mon arrivée dans ce Parlement, je n’ai été que dans l’opposition raisonnée et raisonnante que d’aucuns s’évertuent à nommer ‘‘opposition modérée’’. Et c’est maintenant que nous avons vaincu la fatalité ; c’est maintenant que nous avons retrouvé notre dignité, notre liberté…

Mariam Talata Chabi, une femme d’exception

« Chère Grande Dame, vous voilà hissée au firmament de la destinée de notre pays avec Patrice TALON ; avec le concours de vos ex-collègues du Parlement, vous n’oublierez pas qu’être Responsable, c’est être au service de la Communauté qui vous a portée.

La responsabilité, c’est un service, c’est un acte de charité. Être au service du Bénin, c’est être au service des millions de personnes qui souffrent ; c’est mettre fin à la pauvreté, l’ignorance, la maladie et l’inégalité des chances….

N’est-ce pas de vous que parle la Sainte Bible dans le livre des Cantiques au chapitre 1er, les versets 5 et 6 : « Noire, je le suis, mais belle, filles de Jérusalem, pareille aux tentes de Qédar, au tissu de Salma. Ne regardez pas ma peau noire : c’est le soleil qui m’a bruni. Les fils de ma mère se sont fâchés contre moi : ils m’ont mise à garder les vignes. Ma vigne, la mienne, je ne l’ai pas gardée… »

Et pour le bonheur de votre tendre époux, l’homme que je prends le risque de penser qu’il pourrait être celui dont parle l’Ecclésiastique dans la Bible : « Heureux l’homme qui a une bonne épouse : le nombre de ses jours sera doublé.

La femme courageuse fait la joie de son mari : il possèdera le bonheur tout au long de sa vie. Une femme de valeur, voilà le bon parti, la part que le Seigneur donne à ceux qui le craignent ; riche ou pauvre, ils ont le cœur joyeux, en toute circonstance, leur visage est souriant. » Ecclésiastique 26, 1-4.

Ma chère Mariam, vous êtes le symbole de loyauté et de fidélité qui se hisse, que l’histoire hisse à une haute responsabilité, une responsabilité historique ; la femme, comme l’épicentre de toutes les émotions sociales qui s’appellent, s’entrechoquent et s’arbitrent. Vous nous faites révéler encore que « ce n’est point par la tête, mais par le cœur que les civilisations pourrissent…

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P