Ethiopie: plusieurs dizaines de civils exécutés sommairement par les rebelles du Tigré (HRW)

AfriqueAfrique – SécuritéEthiopie: plusieurs dizaines de civils exécutés sommairement par les rebelles du Tigré (HRW)

Les forces tigréennes ont exécuté sommairement des dizaines de civils dans deux villes qu’elles contrôlaient dans la région nord d’Amhara en Éthiopie entre le 31 août et le 9 septembre 2021, a déclaré vendredi, Human Rights Watch.

Selon un rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, les combattants rebelles du TPLF en Ethiopie, ont exécuté sans aucune forme de procès, plusieurs civils dans des territoires dont ils avaient le contrôle il y a encore quelques jours avant que l’armée ne vienne les déloger. HRW assure qu’avec ces exécutions, il est important que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, mette en place un mécanisme pour enquêter « sur les abus commis par toutes les parties belligérantes dans le conflit élargi du Tigré ».

le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

« Le 31 août, les forces tigréennes sont entrées dans le village de Chenna et se sont engagées dans des combats sporadiques et parfois violents avec les forces fédérales éthiopiennes et les milices amhara alliées. Des habitants de Chenna ont déclaré à Human Rights Watch qu’au cours des cinq jours suivants, les forces tigréennes ont exécuté sommairement 26 civils lors de 15 incidents distincts, avant de se retirer le 4 septembre », a indiqué le rapport de l’organisation.

Aussi, le même rapport ajoute que « dans la ville de Kobo, le 9 septembre, les forces tigréennes ont exécuté sommairement un total de 23 personnes dans quatre incidents, selon des témoins. Les meurtres étaient apparemment en représailles aux attaques des agriculteurs contre l’avancée des forces tigréennes plus tôt dans la journée ». Selon Lama Fakih, directeur des crises et des conflits à Human Rights Watch, « Les forces tigréennes ont fait preuve d’un mépris brutal pour la vie humaine et les lois de la guerre en exécutant des personnes sous leur garde »

« Ces meurtres et autres atrocités commises par toutes les parties au conflit soulignent la nécessité d’une enquête internationale indépendante sur les crimes de guerre présumés dans les régions du Tigré et d’Amhara en Éthiopie », a ajouté Lama Fakih. Ce rapport intervient alors que les forces fédérales éthiopiennes, sous la conduite du Premier ministre Aby Ahmed, ont effectué des avancées considérables et repris de vastes parties du territoire du pays. le TPLF a battu en retraite et assure que c’est stratégique.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P