AccueilA la UnePour quoi il faut s'asseoir et discuter avant les législatives de 2023? Eugène Azatassou s'explique

Pour quoi il faut s’asseoir et discuter avant les législatives de 2023? Eugène Azatassou s’explique

Depuis sa mise en œuvre, la réforme du système partisan a éprouvé les élections en République du Bénin. Si dans l’entourage du pouvoir en place on parle du succès de cette réforme, du côté de l’opposition, les choses ne sont pas perçues de la même façon. Faut-il aller aux législatives de 2023 sans évaluer cette réforme, c’est ce qui semble être en cours. Mais pour le vice-président des démocrates, Eugène Azatassou, il est nécessaire de s’asseoir et de dialoguer avant d’emprunter ce nouveau virage.

La réforme du système partisan au Bénin est-elle un échec ou un succès? Sur la question, Eugène Azatassou, un vice-président des démocrates (un parti politique de l’opposition) estime que cela dépend de l’objectif que l’on s’est fixé avant d’entreprendre la réforme.

« Quand on veut initier une réforme, on se fixe des objectifs avec des résultats attendus. Est ce que le résultat attendu des initiateurs de la réforme du système partisan est d’avoir un parlement monocolore où il n’y a que la mouvance? Si c’est cela, ça veut dire que les résultats ont été atteints. Mais si ce n’est pas cela, ça veut dire qu’il y un problème« , a indiqué l’opposant.

De son point de vue, la réforme du système partisan est un échec et il faut échanger là-dessus avant les législatives prochaines. A le croire, tout le monde devrait se dire qu’il y a un problème. Malheureusement indique-t-il, il n’a pas l’impression que les gens disent cela. « On pense que la réforme est un succès puisqu’elle a réduit le nombre de parti politique« , confie-t-il au quotidien « Le Matinal ».

L’ancien coordonnateur des FCBE pense qu’aucun diagnostic sérieux n’a été fait sur la polémique autour du nombre pléthorique des partis politiques. « Nous sommes tombés sur la réforme du système partisan un peu comme pour les mettre (les partis politiques -ndlr) dans un centre pour les étouffer et les dominer. C’est comme cela j’ai compris la réforme du système partisan« , confie-t-il dans un entretien accordé à ce média.

Actualiser la réforme avant les législatives; Eugène Azatassou faits des propositions

Pour le vice-président des démocrates, le peuple béninois ne doit pas entreprendre le virage des législatives de 2023 sans que rien ne soit fait. A le croire, il serait inutile de faire des propositions car elles ne sont jamais prises en compte. La seule proposition qui vaille confie-t-il néanmoins, « c’est qu’il y ait un dialogue entre toutes les tendances politiques de la nation pour dire comment nous voulons que les choses se passent dorénavant« .

Ce que nous aurons à dire, poursuit-il aura des imperfections, mais nous trouverons le mécanisme pour corriger progressivement. « Il faut qu’on discute de notre vivre ensemble qui a été détruit », insiste-t-il pour réclamer un dialogue national.

Pour justifier la nécessité de ce dialogue, Eugène Azatassou estime que par exemple, tout le monde doit être impliqué dans le processus électoral. Mais il se fait que la liste électorale qui est en œuvre est issue du RAVIP qui n’a jamais fait l’unanimité au sein de la classe politique

« Mais aujourd’hui, cette liste est confiée à une structure technique. Par conséquent, on ne peut pas lui faire confiance. Il faut qu’on s’asseyent et qu’on s’interroge sur ce qu’il y a lieu de faire pour ressortir de là et remettre tout à plat. On peut s’asseoir et retenir ce qui se fait actuellement », a -t-il martelé.

spot_img

A voir aussi

Laisser un commentaire

A Lire Aussi

P