AccueilUncategorizedPlainte de Boni Yayi contre l'Etat béninois: l'ancien président fait l'option de la paix
Moov Africa Start up challenge

Plainte de Boni Yayi contre l’Etat béninois: l’ancien président fait l’option de la paix

Il n’y aura pas de suite pour la plainte déposée en 2019 par l’ancien président Boni Yayi contre l’Etat béninois devant la cour de justice de la CEDEAO. Prévue pour être délibérée ce mercredi, le dossier fut simplement radié du rôle au cours de l’audience de ce jour.

L’ancien président béninois, Dr Thomas Boni Yayi assiégé à domicile en 2019 par le régime de son successeur n’ira pas jusqu’au bout de la plainte déposée devant la cour de justice de la CEDEAO. Alors que le dossier est inscrit au rôle de l’audience de ce mercredi 13 Juillet 2023, l’ancien chef d’Etat se retracte.

A l’ouverture de l’audience de ce mercredi, la cour après le constat du désistement du plaignant a ordonné la radiation du dossier. En effet, alors que tous les regards sont tournés vers Abuja pour s’informer de la décision qui sera issue de cette plainte, le président du collège de juges qui connait le dossier annonce que l’ancien président Boni Yayi a envoyé une lettre de désistement à la cour.

Ayant pris acte du contenu de la lettre, la cour de justice de la CEDEAO a procédé au radiation du dossier de son rôle. Fin inattendue d’une procédure qui a fait effet d’annonce dans les médias locaux en début de semaine.

Retour sur l’objet de la plainte …

L’ancien président béninois avait porté plainte courant 2019 pour torture morale, violation des droits humains, après avoir été assigné à domicile pendant près de deux mois.

En effet, dans la période électorale d’avril 2019, l’ex-Chef d’Etat a été contraint de rester dans les quatre murs de son domicile. Sa maison avait été mise sur surveillance policière pendant 52 jours. Ses partisans avaient dénoncé une assignation en résidence surveillée de leur leader charismatique sans une décision de justice.

soupçon d’implication dans les violences électorales

La décision d’assigner en résidence surveillée l’ancien chef d’Etat a été pris par le pouvoir en place suite aux violences qui ont caractérisé les élections législatives de 2019 notamment les violences qui ont eu lieu au quartier Cadjehoun où résidait l’ancien président de la République.

L’ancien président avait été soupçonné comme l’un des commanditaires de ces violences. Dans le cadre des enquêtes judiciaires autour de ces événements sanglants, le président Thomas Boni Yayi avait même été auditionné par un juge.

Se sentant lésé dans ses droits, il a alors déposé une plainte devant la cour de justice de la CEDEAO. Mais au dernier moment, il se rétracte de la procédure. L’effort de décrispation politique actuellement en cours justifie certainement l’acte de l’ancien président de la République.

Une démarche de paix …

En retirant la plainte déposée devant la cour de justice de la CEDEAO, l’ancien président Thomas Boni Yayi s’est inscrit dans une démarche d’apaisement du climat politique du pays.

Qu’il vous souvienne que l’ancien président de la république avait été récemment reçu en audience par son successeur au fauteuil présidentiel. Si le contenu des échanges n’a pas été rendu public, il va sans dire que la rencontre entre les deux acteurs politiques entrait dans une démarche de recherche de paix.

Que cet engagement de l’ancien président de la République à œuvrer pour la paix trouve son répondant dans le cas en face afin que la paix tant rechercher par les béninois soit effective car aucun développement n’est possible dans un climat de tension politique.

spot_img

A voir aussi

Laisser un commentaire

A Lire Aussi

P