Législatives 2023: les démocrates fixent leurs conditions de participation

BeninBénin – PolitiqueLégislatives 2023: les démocrates fixent leurs conditions de participation

Le 08 Janvier 2022, les béninois seront aux urnes pour renouveler leur assemblée nationale. Alors que la première phase de la conception de la liste qui servira à cette élection est lancée par l’ANIP, le partis les démocrates fixe trois conditions sans lesquelles, le scrutin qui s’annonce en 2023 ne sera ni transparent et libre, ni inclusif.

Les responsables du parti « Les Démocrates » sont montés au créneau ce mardi 19 Avril 2022 pour se prononcer sur l’organisation des élections législatives de 2023 qui a déjà commencé par la première phase de la conception de la liste électorale.

Dans leur déclaration, ils ont lancé un appel aux décideurs et aux organes en charge de l’organisation des élections afin que des conditions soient réunies en amont avant la tenue des élections dont la date a été fixée au 08 Janvier 2023 par la cour constitutionnelle.

Avant de présenter leurs conditions, les démocrates sont revenus sur les drames connus par le peuple béninois lors des élections législatives du 28 avril 2019 et la présidentielle du 11 avril 2021. «  Il est aujourd’hui de notoriété publique que la raison centrale de ces tueries, de ces emprisonnements, de ces départs forcés en exil a pour nom la politique d’exclusion pratiquée et imposée à notre peuple depuis 2016« , ont rappelé à la mémoire collective, les démocrates dans leur déclaration.

A croire les responsables des démocrates, « l’exclusion, reste la cause principale du climat politique délétère actuellement en cours dans le pays et qui n’aurait dû jamais exister. La Conférence nationale de 1990, précisent-ils dans leur déclaration, en faisant du consensus le maître mot, le principe cardinal accepté de tous a cru protéger le pays contre ce fléau.

Mais malheureusement, constatent-ils, tout a fonctionné sur la base d’exclusion, singulièrement dans les institutions de la République. « Ainsi en a-t-il été particulièrement de la CENA et ses démembrements qui ont organisé toutes les élections« , indiquent les démocrates dans leur déclaration.

Les exigences pour les législatives de 2023….

Après avoir présenté le décor qui a caractérisé les élections législatives de 2019 et la présidentielle de 2021, les démocrates affirment que c’est dans ce même conteste que les législatives de 2023 pointent à l’horizon et le peuple traumatisé, nonobstant l’assurance donnée par leur parti et les déclarations tous azimuts du pouvoir sur le caractère ouvert de ces élections, demeure sceptique.

Aussi pour les démocrates, les élections législatives de 2023 doivent être ouvertes et pour ce faire, totalement inclusives. « Elles ne sauraient être inclusives si des filles et fils de notre Patrie commune en sont écartés parce que embastillés ou encore en exil pour leurs opinions politiques en désaccord avec le pouvoir de la Rupture », indique les démocrates dans leur déclaration.

En plus d’être inclusives, les démocrates souhaitent que la compétition électorale de 2023 pour élire les représentants du peuple à l’assemblée nationale doit être transparente.

« La transparence veut que la liste électorale comme du reste, tout le processus électoral soit cogéré par l’opposition et la mouvance. Les textes de la CEDEAO, notamment le protocole sur la démocratie et la bonne gouvernance en disposent ainsi et notre pratique électorale, depuis la Conférence nationale a consacré ce principe.« , a indiqué les démocrates

Pour les démocrates, il n’est même pas bien dans l’intérêt du pouvoir et pour la crédibilité des législatives de 2023, que la situation reste telle à savoir l’absence de l’opposition sur toute la ligne du processus électoral.

« L’ANIP, organe administratif, de surcroît placé sous la tutelle de la Présidence de la République n’offre pas de garantie d’indépendance ni de transparence dans son fonctionnement », martèlent-ils.

La fiabilité de la liste qu’elle proposera pourrait s’en trouver affectée, indiquent les démocrates qui pensent que la LEI qui en résulterait devra nécessairement faire l’objet d’un consensus. « Nos structures qui ont suivi l’opération sur le terrain ont relevé des insuffisances, notamment la non couverture de bon nombre de localités parce qu’éloignées des centres d’arrondissement. Il en est de même de la non prise en charge des populations qui, après avoir parcouru des distances importantes, retournent non inscrites en raison du déchargement fréquent des kits », soulignent-ils.

Selon les démocrates, il y a lieu expressément de prendre en compte ces problèmes, de fournir des fiches de témoignage en quantité, d’impliquer davantage les chefs de village et de quartier et enfin de penser à produire pour ces élections une carte d’électeur en bonne et due forme, gratuite pour tous.

Au total, poursuivent les démocrates dans leur déclaration, trois conditions doivent être réalisées largement en amont de 2023 pour que les législatives de cette année soient inclusives, transparentes, libres et paisibles.

Précisant ces trois conditions, les démocrates estiment qu’il faudrait en effet : libérer les détenus politiques et créer les conditions favorables au retour au pays des exilés politiques. Assurer la présence de l’opposition à tous les niveaux du processus électoral. Aller résolument à un dialogue politique national au plus tôt.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P