« La paresse des Béninois provoquera la famine dans le pays », Thiery Alavo

BeninBénin – Société"La paresse des Béninois provoquera la famine dans le pays", Thiery Alavo

Le Professeur Thiery Alavo évoque des pistes de solutions qui auraient pu permettre au Bénin d’anticiper sur la cherté de la vie. Il reconnaît que la guerre en Ukraine justifie en partie la conjoncture, mais il estime que la paresse généralisée des Béninois va aggraver la situation.

Selon Thiery Alavo, la flambée des prix des denrées alimentaires sur le marché au Bénin n’est pas seulement liée à la guerre en cours en Ukraine. « La guerre en Ukraine a provoqué une augmentation exagérée des prix, mais c’est la paresse de l’ensemble des Béninois qui provoquera la famine dans le pays », a-t-il affirmé.

Et pourtant, le Seigneur, notre Dieu, a clairement dit  » tu gagneras ton pain à la sueur de ton front”. Nous avons besoin de travailler notre mentalité si nous voulons vivre dignement.

Thiery Alavo
le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

Le Professeur d’université estime que les jeunes sont paresseux et ne veulent pas faire d’efforts. « A l’Université, en essayant de motiver les jeunes à plus d’efforts, je me rends compte qu’on est traité de vampire par ces jeunes qui sont majoritairement très paresseux, roublards et malhonnêtes. Et beaucoup considèrent les travaux champêtres comme dénigrants ; et pourtant, cela procure bien-être mental et dignité. « , a confié Thiery Alavo.

« Une attitude nuisible à leur propre survie »

Pour le spécialiste de la lutte biologique contre les insectes, les jeunes en se plongeant dans la paresse se font du mal. « Je me suis longtemps demandé comment ça se peut que les jeunes Béninois adoptent majoritairement cette attitude qui est même nuisible à leur propre survie », a dit Thiery Alavo.

Selon l’universitaire, la « kakistocratie » fait partie des causes des agissements des jeunes. Pour lui, les gouvernants ne montrent pas suffisamment à la jeune génération que l’ascension dans la société doit être méritée après un travail acharné. « En effet, en nommant à des postes élevés, des roublards et autres individus uniquement pour leurs noms de famille et / ou village, je pense qu’on montre clairement aux jeunes qu’on n’a pas besoin de fournir d’efforts pour gagner sa vie », a-t-il déploré.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P