«Je ne pouvais pas remettre en cause son autorité», Guy Mitokpè justifie son départ du RE

BeninBénin – Politique«Je ne pouvais pas remettre en cause son autorité», Guy Mitokpè justifie son départ du RE

On en sait un peu plus sur les raisons du départ de Guy Dossou Mitokpè du parti Restaurer l’Espoir (RE). A la faveur de son passage sur l’émission « Carte sur table » de la radio Océan fm, l’ancien parlementaire a fait savoir qu’il n’était plus sur la même longueur d’onde que son maître.

Depuis le 12 Avril 2022, l’honorable Guy Dossou Mitokpè n’est plus le secrétaire général du parti Restaurer l’Espoir. Suite à un échange qu’il a eu avec le président du parti, l’ancien ministre Candide Azannaï, il a déposé le tablier. Si depuis sa démission, l’ancien parlementaire n’a pas beaucoup communiqué sur le pourquoi de cet éloignement de son mentor, on en sait désormais beaucoup plus sur les mobiles de cette démission.

Reçu ce 14 Août sur l’émission « Carte sur table »  de la radio océan fm, l’ancien député Guy Dossou Mitokpè a donné plus de détails sur son départ de sa famille politique. Il justifie sa démission comme un acte de responsabilité. « J’ai été mis face à mes responsabilités et à un moment donné je me suis dit qu’il fallait trancher »,  a-t-il affirmé.

Guy Dossou Mitokpo selon ses propres explications n’a aucun problème particulier avec le président du parti encore moins avec un autre homme, une femme ou un jeune du parti. Mais pour l’ex secrétaire général du parti restaurer l’Espoir,  il fallait partir parce que « quel que soit l’amour que l’on a pour un père ou un membre de sa famille, à un moment donné, on est appelé à faire ses propres expériences », précise-t-il.

Pour lui, partir, est une manière de grandir et « si l’on ne décide pas de prendre ses responsabilités à un moment donné, c’est que l’on a un problème de bon sens». Si la décision de partir, de laisser son mentor a été difficile à prendre, il fallait quand même qu’il le prenne par responsabilité et c’est ce qu’il a fait ce 12 Avril. En réalité, l’ancien parlementaire n’était plus en symbiose avec la vision et le combat politique de son mentor.

«A un moment ma personnalité s’exprimait un peu trop et il y a que c’est le président Candide Azannaï qui est le président du parti et puis je ne pouvais pas remettre en cause son autorité au sein du parti », se confesse-t-il.

Ainsi, en terme claire, l’honorable Guy Dossou Mitokpè ne partage plus forcément la vision politique de celui auprès de qui il a fait  ses armes dans le milieu. A un  moment donné, il a compris que resté serait retardé sa propre croissance et il a pris ses responsabilités au risque de saboter les activités de cette formation politique.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P