News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Bénin – Procès Joël Aïvo: Alain Gnonlonfoun, le seul accusé acquitté par la cour

---Publicité---

Le procès de blanchiment de capitaux et de déstabilisation de l’Etat dont est impliqué l’agrégé de droit, le professeur Joël Aïvo a connu tard dans la nuit son épilogue. Des quatre accusés, trois ont été lourdement condamnés. Seul le comptable du candidat du FRD (Alain Gnonlonfoun) a pu tirer son épingle du jeu.

Dix ans de prison ferme et 45 Millions de francs cfa d’amende pour le professeur Joël Aïvo et 10 ans de prison ferme avec le payement d’une amende de 5,7 millions F CFA pour chacun des deux autres accusés à savoir les sieurs Boni Sare Issiakou et Ibrahim Bachabi Moudjaidou. Tel est le verdict rendu à 2h35 minutes par la cour présidée par Madame Christelle Adonon.

A lire aussi: Bénin: Joël Aïvo et ses deux co-accusés condamnés à 10 ans de prison ferme

Le quatrième co-accusé, le sieur Alain Gnonlonfoun, le responsable comptable de l’agrégé de droit est le seul rescapé de ce procès qui a démarré à 9 heures du matin. Il a été purement et simplement acquitté par la cour et pourra désormais rejoindre sa famille.

Un Procès politique ?

Convoqué à la barre ce lundi, le constitutionnaliste Joël Aîvo a exposé à la cour que sa présence devant elle répond d’une volonté politique. « Je suis poursuivi pour avoir incarné une alternative démocratique pour mon pays. Je suis poursuivi pour avoir préparé une candidature indépendante capable de provoquer l’alternance au sommet de l’État.« , a martelé le candidat recallé du front pour la restauration de la démocratie.

Plaidant non coupable, Joël Aïvo qui rejette tous les chefs d’accusation portés sur sa personne affirme qu’il est poursuivi simplement à cause de son engagement politique, à cause de sa détermination à induire l’alternance au sommet de l’Etat.

Dans leur plaidoirie, les avocats des mis en cause ont démontré la vacuité du dossier et la conduite à charge de la procédure avant de demander à la cour la libération de leurs clients. Mais dans sa décision, la cour s’est conformée au réquisitoire du ministère public qui a requis une condamnation de 10 ans de prison ferme pour chacun des accusés.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.