Afrique du Sud: l’ex-président Jacob Zuma plaide « non coupable » de corruption et blanchiment d’argent

AfriqueAfrique – PolitiqueAfrique du Sud: l'ex-président Jacob Zuma plaide "non coupable" de corruption et blanchiment d'argent

L’ancien dirigeant sud-africain, Jacob Zuma, a plaidé non-coupable, mercredi, des accusations de corruption, de fraude et de blanchiment d’argent, liées à un contrat d’armement de 2 milliards de dollars, lorsqu’il était vice-président.

M. Zuma, qui a été président de l’Afrique du Sud de 2009 à 2018, doit répondre de 18 chefs d’accusation liés à une transaction de 1999. Il a rejeté ces accusations et affirme être victime d’une chasse aux sorcières à caractère politique, menée par une faction rivale du Congrès national africain (ANC) au pouvoir.

M. Zuma, qui fait également l’objet d’une enquête distincte sur la corruption durant son mandat de président, est accusé d’avoir accepté 500 000 rands (34 000 dollars) par an de la part de l’entreprise d’armement française, Thales, en échange de la protection de l’entreprise contre une enquête sur l’accord. « Je plaide non-coupable », a-t-il déclaré, le regard dans le vide, après que le procureur a lu toutes les accusations.

L’équipe de défense de Zuma demande la récusation du procureur général Billy Downer, au motif qu’il n’a « aucun titre à poursuivre« . L’accusation a demandé plus de temps pour répondre à cette demande, qui ne sera donc pas traitée, mercredi, mais plutôt le 19 juillet, a déclaré le président du tribunal.

Thales était connue sous le nom de Thomson-CSF au moment de la transaction. Elle a déclaré n’avoir eu connaissance d’aucune irrégularité de la part de l’un de ses employés dans le cadre de l’attribution des contrats. Son représentant au tribunal a également plaidé non-coupable aux accusations de corruption et de blanchiment d’argent, auxquelles la société était confrontée.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P