Un nouveau virus nommé « Langya » détecté en Chine, 35 personnes déjà infectées

MondeMonde – SantéUn nouveau virus nommé "Langya" détecté en Chine, 35 personnes déjà infectées

Selon un article publié dans le New England Journal of Medicine (NEJM) par des scientifiques chinois et singapouriens, un nouveau type de hénipavirus d’origine animale (également appelé Langya henipavirus, LayV) susceptible d’infecter l’homme a été découvert dans la province de Shandong, dans l’est de la Chine, et dans la province de Henan, dans le centre du pays.

Après l’épidémie de COVID-19 et de Monkeypox, la Chine a confirmé 35 infections humaines par le virus zoonotique Langya (LayV). Selon le Centre taïwanais de contrôle des maladies (CTCM), ce virus nommé Langya zoonotique a été découvert dans les provinces chinoises du Shandong et du Henan et Taïwan va adopter une nouvelle méthode de surveillance et de détection de ce virus, qui a été nommée méthode de test de l’acide nucléique, ont indiqué les médias selon l’agence de presse ANI.

Selon les médias, le nouveau type de Henipavirus a été découvert dans des échantillons de gorge prélevés sur des patients fébriles de l’est de la Chine ayant des antécédents de contact avec des animaux ces derniers temps. Les chercheurs qui ont participé à l’étude ont souligné que ce nouveau Henipavirus, qui pourrait provenir d’animaux, est associé à certains cas de fièvre, et que les personnes infectées présentent des symptômes tels que fièvre, fatigue, toux, anorexie, myalgie et nausées.

Une enquête plus approfondie a révélé que 26 des 35 cas d’infection par le henipavirus Langya dans les provinces de Shandong et du Henan ont développé des symptômes cliniques tels que fièvre, irritabilité, toux, anorexie, myalgie, nausées, maux de tête et vomissements. Le Henipavirus est l’une des causes émergentes importantes de zoonose dans la région Asie-Pacifique, a rapporté le média basé à Shanghai thepaper.cn, notant que le virus Hendra (HeV) et le virus Nipah (NiV) de ce genre sont connus pour infecter les humains, les chauves-souris frugivores étant l’hôte naturel des deux virus.

Les hénipavirus peuvent provoquer des maladies graves chez les animaux et les humains et sont classés comme des virus de niveau de biosécurité 4, avec des taux de létalité compris entre 40 et 75 %, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soulignant que ce taux est beaucoup plus élevé que celui du coronavirus. Cependant, il n’existe actuellement aucun vaccin ni traitement contre le hénipavirus et le seul traitement consiste en des soins de soutien pour gérer les complications.

Jusqu’à présent, les cas de henipavirus Langya n’ont pas été mortels ou très graves, il n’y a donc pas lieu de paniquer, a déclaré Wang Linfa, professeur dans le cadre du programme sur les maladies infectieuses émergentes à la Duke-NUS Medical School, qui a participé à l’étude. Aucun regroupement spatial ou temporel significatif du Langya henipavirus n’a été trouvé jusqu’à présent, ce qui signifie que la transmission interhumaine du virus n’a pas été prouvée, bien que des rapports antérieurs suggèrent que le virus peut être transmis de personne à personne.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P