News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Sahara occidental: le Front Polisario ne lâche pas la pression

---Publicité---

Dans une atmosphère tendue avec le Maroc, Brahim Ghali, le leader du mouvement indépendantiste sahraoui, a déclaré lors d’une sortie médiatique, à Rabbuni, le samedi 16 octobre 2021, que le Front Polisario maintiendrait sa position de poursuivre les combats contre le royaume chérifien, apprend-on des médias.

Brahim Ghali, dans une déclaration publique, le mardi 13 octobre, affirmait son soutien à la décision prise en novembre 2020 par son mouvement, le Front Polisario, de briser le cessez-le-feu en vigueur depuis 1991.

À lire aussi : Sahara occidental: le Front Polisario interpelle l’ONU

En effet, le samedi 16 octobre dernier, le chef du mouvement indépendantiste autoproclamé de la République arabe sahraouie, à la faveur d’une conférence médiatique, a affirmé que le Front Polisario maintiendrait sa position de continuer les attaques contre les positions marocaines.

Le leader sahraoui n’a pas mâché ses mots pour faire comprendre à l’adversaire (le Maroc, Ndlr) que le Polisario mène une guerre, même si le royaume chérifien feint de ne pas le reconnaître. « Le royaume marocain, ils ont nié la guerre, ils ne l’ont pas reconnue. C’est à eux de décider. Ce que je sais, c’est que l’armée sahraouie mène une guerre contre les bases marocaines et qu’il y a une guerre au quotidien.« , a déclaré Brahim Ghali, rapporté par les médias internationaux.

À en croire Brahim Ghali, ce qui pourrait mettre fin au conflit, ce n’est rien d’autre que l’organisation du référendum d’autodétermination au Sahara occidental.

Le mardi 13 octobre, Ghali appelait déjà l’ONU à prendre ses responsabilités. « La guerre fait déjà rage sur le terrain, et ses dangers et répercussions sur la région ne peuvent être évités si les Nations unies continuent de gérer la crise au lieu de la résoudre », avait-il déclaré, quelques jours après sa sortie de la convalescence, due à la Covid-19.

À lire aussi : Tensions entre l’Algérie et le Maroc: le Front Polisario dénonce un « comportement irresponsable » de Rabat

Cette sortie médiatique, pour ainsi dire, n’est pas un hasard. Le leader du Polisario essaie, selon des observateurs, de mettre la pression sur l’Organisation des nations unies, dont le Conseil de sécurité planchera sur la question, le 28 octobre prochain. 

En attendant qu’une solution soit trouvée à cette crise, qui n’a que trop duré, les attaques se poursuivent, de même que les représailles. Le Polisario a donc attaqué une base de l’armée marocaine près de la région de Mahbas, à proximité de l’intersection des frontières de l’Algérie, du Maroc et de la Mauritanie. Le Maroc a répondu à cet assaut par au moins trois tirs de mortiers.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.