RDC: 8 militaires et 3 civils condamnés à mort pour vente d’armes aux miliciens en Ituri

AfriqueAfrique – PolitiqueRDC: 8 militaires et 3 civils condamnés à mort pour vente d’armes aux miliciens en Ituri

Le procès de 15 personnes, dont 9 militaires, poursuivies pour des ventes présumées d’armes à des miliciens, a rendu son verdict. Quatre officiers, quatre autres militaires et trois civils ont été condamnés à mort par la Cour militaire de l’Ituri.

La Cour militaire de l’Ituri « condamne à la peine de mort » un colonel, deux majors et un capitaine ainsi que 4 soldats du rang, pour « association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel et pour crime de guerre par meurtre« , a déclaré le colonel Kelly Dianga, son président, lors d’une audience publique. Deux femmes et un homme sont également condamnés à la peine de mort pour les mêmes faits, a ajouté le magistrat militaire, alors qu’une autre femme et un homme ont écopé de dix ans de prison pour leur participation, à des degrés divers, à la commission de ces crimes.

Quant aux armes et munitions qui ont été saisies, la Cour a ordonné « leur restitution à l’État congolais« , a encore ajouté l’officier, indiquant qu' »un major et un civil ont été acquittés faute de preuves« .

Ces armes sont soupçonnées d’avoir été utilisées par la milice Codeco (Coopérative pour le développement du Congo) lors d’attaques de villages et de camps de déplacés, notamment celui de Plaine Savo, en territoire de Djugu, où une soixantaine de personnes avaient été massacrées le 1er février.

La milice Codeco, qui prétend défendre les intérêts de la communauté Lendu et attaque principalement les membres de la communauté Hema, est parmi les plus meurtriers des groupes armés qui écument l’est de la République démocratique du Congo depuis plus d’un quart de siècle. L’Ituri et la province voisine du Nord-Kivu sont sous état de siège depuis près d’un an, une mesure qui a donné les pleins pouvoirs à l’armée et à la police pour mettre fin aux violences. Elle n’a pas permis jusqu’à présent de ramener la paix.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P