Prendre le président russe au sérieux serait un signe de « sagesse politique », Angela Merkel aux Occidentaux

News - InfosPolitiquePrendre le président russe au sérieux serait un signe de "sagesse politique", Angela Merkel aux Occidentaux

L’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mardi que les pays occidentaux devaient prendre au sérieux le président russe Vladimir Poutine et ses déclarations. L’ancienne chancelière Angela Merkel s’exprimait le 27 septembre à Berlin lors de la soirée d’inauguration de la fondation Helmut Kohl.

S’exprimant à l’ouverture de la nouvelle Fondation Helmut Kohm, Merkel a souligné l’importance de prendre en compte les paroles de la Russie. « Ne pas les rejeter comme un bluff, mais les prendre au sérieux n’est nullement un signe de faiblesse, mais un signe de sagesse politique – qui aide à préserver une marge de manœuvre, ou, ce qui n’est pas moins important, même pour en développer une nouvelle. »

Qatar 2022
Match à venir
Fifa Coupe du Monde
6 Déc 2022
- 16h00
Maroc
- -
Espagne
Fifa Coupe du Monde
6 Déc 2022
- 20h00
Portugal
- -
Suisse
Derniers Résultats
Fifa Coupe du Monde
5 Déc 2022
- 20h00
Brésil
4 1
Corée du Sud
Fifa Coupe du Monde
5 Déc 2022
- 16h00
Japon
1 1
Croatie
Fifa Coupe du Monde
4 Déc 2022
- 20h00
Angleterre
3 0
Senegal
Fifa Coupe du Monde
4 Déc 2022
- 16h00
France
3 1
Pologne

M. Poutine a ordonné la première mobilisation militaire de la Russie depuis la Seconde Guerre mondiale, avertissant l’Occident que s’il poursuivait ce qu’il appelle son « chantage nucléaire », Moscou répondrait avec la puissance de son vaste arsenal. Selon RT, les remarques de Merkel sont intervenues après que le dirigeant russe a lancé un avertissement à l’Occident la semaine dernière, notant que ceux qui utilisent le chantage nucléaire contre Moscou « doivent savoir que la rose des vents peut tourner ».

Selon Mme Merkel, il aurait « tout mis en œuvre pour protéger et restaurer la souveraineté et l’intégrité de l’Ukraine », alors que Kiev cherche à repousser les troupes russes. Toutefois, elle a ajouté que M. Kohl se tournerait vers « le jour d’après » et garderait l’esprit ouvert sur une chose « inimaginable » aujourd’hui, à savoir « comment les relations avec la Russie pourraient un jour être redéveloppées » après la fin du conflit.

Des déclarations similaires ont été faites au Royaume-Uni, où la ministre britannique des affaires étrangères, Gillian Keegan, a déclaré que le discours de Poutine constituait une escalade inquiétante et que les menaces qu’il proférait devaient être prises au sérieux. « Il s’agit clairement de quelque chose que nous devons prendre très au sérieux car, vous savez, nous ne contrôlons pas la situation – je ne suis pas sûre qu’il la contrôle non plus, vraiment. Il s’agit manifestement d’une escalade », a déclaré M. Keegan.

« Cela fait froid dans le dos… C’est une menace sérieuse, mais qui a déjà été proférée auparavant », a-t-elle déclaré à la BBC dans une autre interview. « L’allocution globale était clairement un mensonge de plus de Poutine, c’était une réécriture de l’histoire », a déclaré Keegan.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P