Nigeria: un musée londonien décide de rendre 72 œuvres pillées au Royaume de Benin

MondeMonde – CultureNigeria: un musée londonien décide de rendre 72 œuvres pillées au Royaume de Benin

Le musée Horniman de Londres a annoncé dimanche qu’il allait restituer au gouvernement nigérian 72 objets, dont 12 plaques de laiton appelées « bronzes du Bénin », pillés à Benin City par des soldats britanniques en 1897.

Créés à partir de laiton et de bronze dans l’ancien puissant royaume du Bénin, situé dans l’actuel sud-ouest du Nigeria, à partir du XVIe siècle au moins, les bronzes du Bénin comptent parmi les objets d’art les plus importants d’Afrique sur le plan culturel. Ils ont été saisis, avec des milliers d’autres objets, lors d’une incursion militaire britannique, et se sont retrouvés dans des musées en Europe et aux États-Unis.

Les pays africains se battent depuis des années pour récupérer les œuvres pillées par les explorateurs et les colonisateurs, tandis que les institutions occidentales sont aux prises avec l’héritage culturel du colonialisme. Le mois dernier, les autorités allemandes ont restitué au Nigeria la première des plus de 1 100 sculptures inestimables, suivant ainsi l’exemple du Jesus College de l’université de Cambridge et du musée du Quai Branly à Paris l’année dernière.

A lire aussi: Restitution des trésors royaux au Bénin: insatisfait, Patrice Talon réclame le « dieu GOU »

Le Horniman a déclaré que la Commission nationale des musées et des monuments du Nigeria (NCMM) avait demandé le retour des artefacts au début de l’année. « Les preuves sont très claires que ces objets ont été acquis par la force, et une consultation externe nous a confortés dans l’idée qu’il est à la fois moral et approprié de rendre leur propriété au Nigeria », a déclaré Eve Salomon, présidente des administrateurs du Horniman Museum and Gardens.

« Le Horniman est heureux de pouvoir franchir cette étape et nous sommes impatients de travailler avec le NCMM pour assurer la conservation à long terme de ces précieux objets. » Le directeur général du NCMM, Abba Tijani, s’est félicité de cette décision et a déclaré qu’il était impatient de discuter d’accords de prêt et de collaborations avec le Horniman. Les retours sont susceptibles d’accroître la pression sur le British Museum de Londres, qui détient de loin la plus grande et la plus importante collection de bronzes du Bénin.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P