L’interdiction de la politique aux rois: David Koffi Aza donne son avis

BeninBénin – PolitiqueL'interdiction de la politique aux rois: David Koffi Aza donne son avis

La décision interdisant la participation des rois, des chefs traditionnels et autres têtes couronnées aux réunions politiques est une stigmatisation. C’est l’avis donné par le professeur David Koffi Aza sur la radio VOA.

A la faveur d’une rencontre initiée il y a quelques jours par le Haut Conseil des rois du Bénin, ces autorités morales sont invitées à rester loin des choses politiques et des réunions organisées par les acteurs politiques. Cette décision ne semble pas faire adhésion au sein de la corporation.

Questionné par la radio Voice Of América (VOA), le professeur David Koffi Aza, prêtre de fâ et dignitaire des religions endogènes semble ne pas partager cette vision des choses. Selon lui, il ne faut pas stigmatiser cette corporation.

« Pendant dix ans nous avons vu des pasteurs à l’œuvre en politique sous Yayi. Pourquoi personne n’en parle. Des pasteurs qui ont été ministres de l’intérieur dans ce pays…personne n’en a jamais parlé, donc le problème ne se pose pas« , a-t-il affirmé

Ainsi, pour le prêtre de fâ, les rois du Bénin sont des autorités morales au même titre que les pasteurs. Si l’entrée en politique des hommes de Dieu sous le président Boni Yayi n’a jamais gêné personne pourquoi la présence des dignitaires des religions endogènes sur le terrain poserait problème. Lui-même officiellement d’ailleurs est entré en politique et a adhéré au parti Moele-Bénin.

David Aza en politique pour ramener la vertu dans le milieu

Désormais acteur politique, David Koffi Aza pour rassurer ceux qui critiquent son entrée dans le milieu estime qu’il est venu en politique pour une mission bien claire, celle de ramener la vertu dans le microcosme politique.

Ainsi, le président du Conseil national des cultes endogènes du Bénin (Conaceb), David Koffi Aza fait son entrée en politique pour faire bouger les lignes et prouver que politique et vertu peuvent faire bon ménage.

Le dignitaire des religions endogènes devenu acteur politique entend également travailler pour que les religions endogènes retrouvent la place qui leur revient de droit. Il n’est pas compréhensible selon ses dires que jusqu’en 2022, le Bénin ne dispose d’aucune législation au niveau des cultes endogènes dont il est le porte flambeau sur le plan mondial alors que le pays est reconnu parti comme le berceau du vodoun.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P