L’Espagne va accorder des jours de congés aux femmes souffrant de règles douloureuses

MondeMonde – SantéL'Espagne va accorder des jours de congés aux femmes souffrant de règles douloureuses

Les femmes qui souffrent de règles douloureuses pourraient être bientôt autorisées à prendre jusqu’à trois jours de congé par mois dans le cadre d’un projet de réforme qui doit être approuvé par le gouvernement espagnol la semaine prochaine.

L’Espagne serait le premier pays européen à accorder des congés aux salariés souffrant de règles douloureuses, bien que plusieurs pays d’Asie dont le Japon, la Corée du Sud et Taïwan proposent des congés similaires.

En effet, des études antérieures estiment que 60% à 90% des jeunes femmes dans le monde souffrent de dysménorrhée, douleurs menstruelles sévères et en Espagne, et environ 75% des femmes sont touchées selon l’International Journal of Environmental Research and Public Health.

La secrétaire d’État à l’égalité et contre la violence sexiste, Ángela Rodríguez, a déclaré à nos confrères d’El Periodico que les nouvelles lois avantageraient considérablement celles qui souffrent de règles particulièrement douloureuses.

« Il est important de clarifier ce qu’est une période douloureuse, nous ne parlons pas d’un léger inconfort, mais de symptômes graves tels que diarrhée, maux de tête sévères, fièvre« , a déclaré Mme Rodríguez.

Les nouvelles lois, révélées pour la première fois par la station de radio Cadena Ser, comprennent également d’autres mesures pour améliorer la santé menstruelle, notamment l’obligation pour les écoles de fournir des produits hygiéniques aux filles qui en ont besoin.

Les serviettes et tampons seront également fournis gratuitement aux femmes marginalisées et verront la TVA supprimée sur leur vente dans les supermarchés.

A en croire, Mme Rodríguez les droits liés à la santé menstruelle ne font pas souvent objet de discussion bien que les statistiques soient effrayantes. « Une femme sur quatre ne peut pas choisir les produits d’hygiène féminine qu’elle souhaite acheter pour des raisons financières. C’est pourquoi nous proposons qu’ils puissent être dispensés gratuitement dans les centres éducatifs et sociaux. », a-t-elle expliqué.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P