News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

«Le jour où les Français plieront bagage à Gao, ce sera le chaos», le président du Niger

---Publicité---

Alors que la France dénonce une campagne anti-français qui serait en place en Afrique, le président du Niger Mohamed Bazoum a apporté son soutien à l’armée Française tout en s’en prenant encore aux militaires maliens en indiquant qu’ils n’arriveraient pas à combattre le terrorisme sans l’aide de la France.

Ces dernières années, les manifestations contre la présence de l’armée française en Afrique sont de plus en plus nombreuses et plusieurs africains lèvent la voix pour accuser la France d’alimenter la guerre sur le continent. Prenant la défense des forces françaises lors d’une adresse à la nation, le président du Niger Mohamed Bazoum, a assuré que si l’armée Français n’était pas intervenue au Mali, ce serait le chaos dans le pays aujourd’hui.

« De tous les pays qui sont engagés à nos côtés dans la lutte contre le terrorisme, la France est le pays qui consent le plus de sacrifices. Ce sont 53 jeunes Français qui sont morts au Mali », a indiqué Bazoum. Il évoque les manifestations contre la présence française au Mali et ne mâche pas ses mots pour minimiser la force et la capacité de l’armée malienne à défendre le territoire.

« J’ai entendu des gens dire que si les Français sont là et que les problèmes ne sont pas réglés, c’est que ce sont eux qui sont à la base. Et si les Français s’en vont, vous êtes sûrs que ces armées-là, qui ont leur devoir aujourd’hui, elles seront en mesure de faire face à cette situation ? Non ! Moi, je suis sûr que le jour où les Français plieront bagage à Gao, ce sera le chaos ! Les gens de Gao le savent de toute façon », indique le président du Niger.

« Je suis totalement désolé de la campagne qui est menée contre eux. Je veux que les Français soient forts, parce qu’ils ont, avec cet espace du Sahel, une histoire singulière… », ajoute Mohamed Bazoum. Cette déclaration risque d’envenimer les choses entre le Niger et le Mali alors même que les relations étaient déjà très tendues du fait même de ces déclarations de Bazoum. Il avait à deux reprises déjà, pris à partie les autorités maliennes en défendant la France.

---Publicité---

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.