La Russie juge « blasphématoire » et « immorale » de ne pas être invitée aux funérailles d’Elizabeth II

MondeMonde – DiplomatieLa Russie juge "blasphématoire" et "immorale" de ne pas être invitée aux funérailles d'Elizabeth II

La Russie a dénoncé jeudi l’attitude “blasphématoire” et “immorale” du Royaume-Uni à son encontre, après que Londres a décidé de ne pas inviter de représentant russe aux funérailles de la reine Elizabeth II lundi, sur fond de tensions diplomatiques entre les deux pays.

La reine d’Angleterre, Elizabeth II, est décédée jeudi 8 septembre dans son château de Balmoral (Écosse), après plus de 70 années de règne. Les funérailles de la monarque auront lieu lundi 19 septembre à l’abbaye de Westminster. Plusieurs dirigeants étrangers, dont J. Biden et E. Macron, sont attendus à la cérémonie.

Poutine ne prévoyait pas d’assister aux obsèques 

Comme de nombreuses personnalités politiques dans le monde, le chef d’État russe a aussi réagi au décès de la reine Elizabeth. Le Kremlin avait cependant indiqué que la Russie ne comptait pas se rendre aux funérailles de la souveraine.

Pas d’invitation pour la Russie

D’après nos confrères de La Croix, plusieurs États avec lesquels le Royaume-Uni n’entretient pas de relations diplomatiques n’ont pas reçu d’invitation pour les obsèques de la reine d’Angleterre. La Russie et la Biélorussie n’ont pas été conviées en raison de la guerre en Ukraine.

« Ceci est particulièrement blasphématoire… »

Certes, Moscou avait annoncé ne pas vouloir se rendre aux funérailles de la monarque, mais le pays déplore de ne pas avoir été invité. La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a dénoncé jeudi une attitude « blasphématoire » et « immorale » à son encontre.

“Nous considérons cette tentative britannique d’utiliser la tragédie nationale qui a touché le cœur de millions de personnes dans le monde à des fins géopolitiques pour régler des comptes avec notre pays (…) comme profondément immorale”, a déploré dans un communiqué la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova. “Ceci est particulièrement blasphématoire vis-à-vis de la mémoire d’Elizabeth II”, a-t-elle ajouté.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P