« Je tue des criminels, pas des enfants… », le président philippin Rodrigo Duterte, s’en prend à Vladimir Poutine

MondeMonde – Politique"Je tue des criminels, pas des enfants...", le président philippin Rodrigo Duterte, s'en prend à Vladimir Poutine

M. Duterte, qui qualifie ouvertement M. Poutine d’idole et d’ami, s’est exprimé pour la première fois sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie dans des propos diffusés mardi. Il a imputé à la guerre, qui dure depuis trois mois, la responsabilité de la flambée des prix mondiaux du pétrole qui a frappé de nombreux pays, dont les Philippines.

Le dirigeant philippin a exprimé pour la première fois sa réprobation à l’égard de l’invasion de l’Ukraine par la Russie lors d’une réunion hebdomadaire télévisée avec les principaux responsables du gouvernement, diffusée mardi. M. Duterte a déclaré qu’il s’inquiétait de la stabilité de l’approvisionnement en pétrole de son pays alors que la guerre en Ukraine continue de faire rage et de susciter l’instabilité mondiale.

« Je suis sur le point de partir et je ne sais pas comment résoudre le problème », a déclaré Duterte. « Vous devez résoudre la guerre entre l’Ukraine et la Russie avant que nous puissions parler ne serait-ce que d’un retour à la normale ». Par ailleurs, Duterte a qualifié l’invasion de l’Ukraine de guerre à grande échelle menée contre « une nation souveraine » et non d‘ »opération militaire spéciale » comme Poutine l’a qualifiée depuis mars.

« Beaucoup disent que Poutine et moi sommes tous deux des tueurs. Je vous ai dit depuis longtemps, à vous Philippins, que je tue vraiment. Mais je tue des criminels, je ne tue pas les enfants et les personnes âgées », a déclaré Duterte. « Nous sommes dans deux mondes différents ». Duterte, qui est président depuis six ans et qui quittera ses fonctions le 30 juin, a présidé à une répression brutale contre la drogue qui a fait plus de 6 000 morts, pour la plupart des suspects mineurs.

Les groupes de défense des droits de l’homme ont cité un taux de victimes beaucoup plus élevé et affirment que des innocents, y compris des enfants, ont été tués au cours de la campagne que M. Duterte s’est engagé à poursuivre jusqu’au dernier jour de son mandat. La Cour pénale internationale a ouvert une enquête sur la campagne antidrogue en tant que possible crime contre l’humanité – une enquête qui a été temporairement suspendue après que les Philippines ont fait une demande de report en 2021.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P