Face à la résurgence des coups d’État, la Cédéao annonce la création d’une force anti-putsch

News - InfosPolitiqueFace à la résurgence des coups d'État, la Cédéao annonce la création d'une force anti-putsch

Réunis ce dimanche 4 décembre à Abuja (Nigeria) pour le 62e sommet de la Cédéao,  les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté ont adopté un projet de création d’une force antiterroriste et anti coups d’état.

Les dirigeants des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) réunis en sommet dimanche 4 décembre à Abuja (Nigeria) ont adopté un projet de création d’une force antiterroriste et anti coups d’état. « Cette force, dont tous les contours ne sont pas connus, interviendra pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel et en cas de besoins contre le terrorisme » nous rapporte RFI.

Force anti-putsch dans la région ouest-africaine

A l’occasion de la visite du président français Emmanuel Macron en Guinée-Bissau en juiller dernier, le Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), Umaro Mokhtar Sissoco Embaló Président de la Guinée Bissau, avait annoncé, la création bientôt d’une force anti-putsch. « Il y a déjà sur la table de la Cédéao un projet de création d’une force anti-putsch qu’on est en train de penser à créer », a déclaré Umaro Mokhtar Sissoco Embaló s’exprimant en conférence de presse conjointe avec son homologue français, Emmanuel Macron.

A lire aussi : La Cédéao donne un ultimatum à Bamako pour la libération des 46 soldats ivoiriens

« Cette entité va permettre à tout le monde de comprendre que nous sommes au 21e siècle et qu’il est inadmissible et inacceptable de faire des coups d’Etat », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « On ne peut penser que pour arriver au sommet de l’Etat, c’est un fast track. Il y a des procédures pour être chef d’Etat. Il faut qu’on soit tous républicains. C’est le peuple qui a le droit de sanctionner les dirigeants mais pas avec des coups d’Etat militaires ».

Voir aussi la sélection de la rédaction

2 Commentaires

  1. Cette décision manque de précision. S’agit il des coups d’état militaires seulement . Où met on les coups d’état constitutionnels qui consistent à se dribler soi même tout en gardant le ballon c’est – à – dire changer les constitutions et se l’appliquer pour se maintenir au pouvoir. Les changements de constitution ne sont pas interdits mais le Chef d’Eta sous qui le changement de la constitution a lieu doit quitter d’abord le pouvoir à l’issue de son mandat, quitte à revenir si la nouvelle constitution le lui permet.

  2. Cette décision est à compléter. Lorsque les chef de l Etat tropatouillent les constitutions pour faire un troisième mandant la cedeao n a pas dit ce qu elle va faire? Lorsque le chef de l Etat capitalise les institutions qui s occupent d organiser les élections la cedeao fera quoi? Lorsque les résultats des elections sont volés par un camps au pouvoir la cedeao a previ quelle sanction ?

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

%d blogueurs aiment cette page :
P