Moov Africa Start up challenge

« Erreur tragique » pour Biden, « volonté de Dieu » pour Trump, le droit à l’avortement divise l’Amérique

MondeMonde – Politique"Erreur tragique" pour Biden, "volonté de Dieu" pour Trump, le droit à l'avortement divise l'Amérique

Dans une décision historique ce vendredi, la Cour Suprême des Etats-Unis, a révoqué le droit à l’avortement aux USA. La décision de la Cour ne rend pas les interruptions de grossesse illégales. Mais elle envoie les Etats-Unis à la situation en vigueur avant l’arrêt emblématique « Roe v. Wade » de 1973, quand chaque État était libre de les autoriser ou non.

Désormais aux Etats-Unis, chaque Etat est libre d’autoriser ou non, l’avortement. C’est la conséquence directe d’une décision prise par la Cour Suprême ce vendredi. La décision enterre un arrêt qui, depuis près d’un demi-siècle, garantissait le droit des Américaines à avorter. Cependant, les réactions ne s’accordent pas au sein des américains et vont dans tous les sens, à la suite de cette décision de la Cour.

« Le département de la justice est en profond désaccord avec la décision de la Cour. Cette décision porte un coup dévastateur à la liberté reproductive aux États-Unis. Elle va avoir un impact immédiat et irréversible sur la vie de personnes à travers le pays. Et son impact sera grandement disproportionné – [ce sera] un plus lourd fardeau pour les femmes de couleur et celles dont les moyens financiers sont limités », a réagi ministre de la Justice américain, Merrick Garland.

Le garde des Sceaux américain a été appuyé par Hillary Clinton qui a dénoncé, ce vendredi, « un pas en arrière pour les droits des femmes et les droits de l’homme » et « une infamie ».

« Un jour très triste »

Le président Joe Biden n’a lui aussi pas caché ses frustrations et a évoqué « un jour très triste » pour la Cour et pour le pays. « La santé et la vie des femmes aux États-Unis est maintenant à risque », a jugé le chef de l’État américain, « Je crois que la décision Roe v. Wade était une décision correcte ». « C’est un chemin extrêmement grave qu’a pris la Cour », a dénoncé Joe Biden, jugeant la majorité conservative « extrême » et « déconnectée de la majorité de ce pays ».

« Jusque-là, je m’engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger les droits des femmes », a assuré Joe Biden, rappelant qu’encore beaucoup d’Etats dans ce pays protégeait encore l’avortement et qu’il protégerait le droit des femmes de se déplacer d’un Etat à un autre pour pouvoir avorter ou d’avoir accès aux médicaments permettant d’avorter.

Trump évoque « la volonté de Dieu »

Interrogé par la chaîne Fox News sur son propre rôle, pour avoir nommé trois juges et fait ainsi basculer la majorité de la haute juridiction dans le camp conservateur, l’ancien président et milliardaire républicain Donald Trump a répondu : « C’est la volonté de Dieu ». La décision « suit la Constitution », et « ramène tout au niveau des États, ce qui aurait toujours dû être le cas », a-t-il ajouté.

L’ONU dénonce un coup terrible aux droits humains

La décision de la Cour suprême « est un coup terrible porté aux droits humains des femmes et à l’égalité des genres », a déclaré ce vendredi, la Haute-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme.

« L’accès à l’avortement sûr, légal et efficace est fermement enraciné dans le droit humain international et il est au cœur de l’autonomie des femmes et de leur capacité à faire leurs propres choix », écrit Michelle Bachelet dans un communiqué, regrettant une décision « qui est un recul majeur ».

Depuis l’annonce de la décision de la Cour, les manifestants qui soutiennent la décision comme ceux qui protestent contre, sont de plus en plus nombreux devant la Cour suprême. Des forces de police ont été déployées pour séparer les deux camps.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P