Affaire Wagner: l’ONU s’exprime enfin sur l’éventuel recours des paramilitaires russes au Mali

AfriqueAfrique – DiplomatieAffaire Wagner: l'ONU s'exprime enfin sur l'éventuel recours des paramilitaires russes au Mali

Après la France, l’Allemagne et le Niger, l’ONU a exprimé son inquiétude sur la volonté du Mali de faire recours à des services militaires de la société privée russe Wagner.

Dans un rapport transmis aux pays membres de l’ONU, le Groupe de travail de l’ONU sur l’utilisation de mercenaires a alerté mardi, sur le risque d’augmentation des violations des droits humains au Mali, consécutif au recours des autorités de Bamako à des sociétés militaires et de sécurité privées« Le Groupe de travail est alarmé par le fait que des sociétés militaires et de sécurité privées opèrent à proximité immédiate des populations vulnérables, y compris dans le contexte de crises sanitaires telles qu’Ebola ou la Covid-19 », a indiqué la présidente du Groupe, Jelena Aparac.

le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

A lire aussi: Mali: auteur de deux coups d’Etat, Assimi Goïta sécurise ses arrières avec deux lois d’amnistie

Dans le rapport, les experts s’insurgent, entre autres, contre « l’usage inconsidéré et excessif de la force » de la part des employés de ces sociétés lorsqu’elles sont sollicitées pour la sécurité des convois, de personnel et de volontaires locaux d’aide humanitaire. De nombreux civils auraient déjà succombé dans ce cadre, rappellent les experts citant l’exemple de la Centrafrique où, des sociétés militaire et de sécurité russes soutenues par l’Etat font l’objet de grave accusations.

« Lorsque les Etats sous-traitent leurs fonctions à des acteurs non étatiques, y compris à des sociétés militaires et de sécurité privées, ils sont alors responsables de la conduite de ces derniers », ont fait valoir les experts qui préconisent l’adoption d’un cadre réglementaire international contraignant régissant la conduite des sociétés concernées.

« C’est absolument inconciliable avec notre présence »

Devant la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale il y’a une semaine, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a sorti le grand jeu. Il a averti qu’une implication de la société privée russe Wagner au Mali serait « incompatible » avec le maintien d’une force française. « C’est absolument inconciliable avec notre présence » et « incompatible avec l’action des partenaires sahéliens et internationaux du Mali », a-t-il martelé.

A lire aussi: Situations en Guinée et au Mali: le Bénin propose des solutions de sortie de crise

Pour la ministre française des armées, Florence Parly, citée par TV5 Afrique, la signature d’un accord militaire entre le Mali et la société russe Wagner « serait extrêmement préoccupante et contradictoire » avec l’engagement militaire de la France au Sahel. Au Mali, les autorités au pouvoir ne font aucun commentaire sur cet accord militaire. Les officiels ne commentent pas les rumeurs », a dit le porte-parole, Baba Cissé.

Au Mali, le groupe Wagner sera chargé de former les Forces armées maliennes (FAMa) et d’assurer la protection de certains hauts dirigeants maliens, mission qu’effectue déjà le groupe Wagner en Centrafrique.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P