UAC: soupçonné de fraude, le nouveau bureau de la Fneb apporte des clarifications

BeninBénin – SociétéUAC: soupçonné de fraude, le nouveau bureau de la Fneb apporte des clarifications

Les responsables de la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb) ont donné leur version des faits dans l’affaire de « faux étudiants » qui secoue actuellement l’Institution. Ils ont apporté des clarifications sur la situation administrative des membres du nouveau bureau, qualifiés de « faux étudiants ».

Le nouveau bureau dirigeant de la Fneb serait composé d’étudiants non inscrits. Mais il n’en n’est rien selon les organes ayant conduit le processus électoral. La commission électorale a fait savoir que le contentieux concernant la situation administrative de certains candidats, dont l’actuel président de la Fneb, In’tisor Koudogbo, avait été déjà réglé. En effet, la fiche de pré-inscription validée de tous les candidats de la seule liste en compétition avait été exigée pour attester de leur présence dans la base de données de l’Université d’Abomey-Calavi.

Sur les 15 candidats de la liste « Agir Ensemble », 10 ont pu présenter leur fiche de pré-inscription de l’année en cours. D’autres en instance de soutenance n’ont pu produire cette pièce. Face à cette situation, une Assemblée générale avait été convoquée pour statuer. Au cours de ladite Assemblée, il a été décidé de faire remplacer les candidats ne disposant pas de fiche de pré-inscription validée.

Quid du cas d’In’tisor Koudogbo ?

Président de la liste « Agir Ensemble », In’tisor Koudogbo avait bénéficié d’un délai de grâce pour justifier de la validation de sa fiche de pré-inscription qu’il avait déjà tiré. « Nous avons veillé à ce qu’il n’y ait pas de passation de charges sans la validation de l’inscription du président In’tisor Koudogbo », a confié Franck Dinalon.

Selon les dires de l’ex-président du conseil central fédéral, « ce n’est qu’après la validation de la fiche de pré-inscription d’In’tisor Koudogbo, que son équipe a pris service à la tête de la Fneb ». Par ailleurs, il a précisé que « Agir Ensemble » n’avait pas eu de challengers, parce qu’elle était la seule liste « qui remplissait les exigences du code Électoral et qui a pu faire un dépôt définitif conformément au calendrier électoral ».

Selon l’ancien président de la Fneb, Igor Tossou, le processus électoral avait été conduit jusqu’à son terme sans le moindre recours. Il ne comprend donc pas pourquoi c’est maintenant qu’une demande a été envoyée au rectorat dans le but d’annuler et de reprendre l’élection. Pour lui, cette demande ne peut prospérer au regard des éléments exposés.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P