Sommet G7: Cyril Ramaphosa, l’unique chef d’État africain au sommet très sélectif

AfriqueAfrique – PolitiqueSommet G7: Cyril Ramaphosa, l'unique chef d'État africain au sommet très sélectif

Réunis depuis vendredi et jusqu’à ce dimanche 13 juin dans les Cornouailles, au Royaume-Uni, les dirigeants américain, britannique, français, allemand, italien, japonais et canadien se retrouvent dans le cadre du Sommet du G7. Le président Cyril Ramaphosa était l’unique chef d’État africain convié à ces assises très sélectives des chefs d’Etat les plus riches du monde.

Seul pays africain à avoir été invité à la réunion des pays riches du G7 en Grande Bretagne, l’Afrique du Sud a salué l’assistance du groupe de discussion qui s’engage à donner un milliard de doses de vaccins au cours de l’année prochaine. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a exhorté les pays du Groupe des Sept à contribuer au financement du programme de l’Organisation mondiale de la santé visant à renforcer les tests, les diagnostics et les vaccins contre le COVID-19, a déclaré la présidence dimanche.

M. Ramaphosa, qui a rejoint un sommet du club des riches démocraties en Angleterre et s’est adressé à eux samedi, a déclaré que les pays du G7, qui représentent ensemble plus de la moitié de la production mondiale, devraient soutenir l’Accélérateur d’accès aux outils COVID-19 afin de combler le déficit de financement de 16,8 milliards de dollars pour cette année. « Nous devons combler l’important déficit de financement pour les tests, les traitements, les fournitures essentielles comme l’oxygène et les systèmes de santé qui permettent les tests, les traitements et la vaccination », a déclaré M. Ramaphosa dans la déclaration de la présidence.

Le programme ACT Accelerator de l’Organisation mondiale de la santé pour les traitements mondiaux contre le COVID-19 vise à accélérer la production et à garantir un accès équitable aux tests, aux traitements et aux vaccins dans la lutte contre le COVID-19. « Si tous les pays du G7 atteignaient leur objectif de part équitable, cette initiative serait financée aux deux tiers – et elle serait financée à 90 % si tous les pays du G20 apportaient leur contribution équitable », a déclaré M. Ramaphosa.

M. Ramaphosa a également exhorté les membres du G7 à soutenir la dérogation ADPIC sur les brevets pour les vaccins COVID-19 et à s’engager dans des négociations qui pourraient contribuer à stimuler la production de vaccins. Selon l’OMS, près de 90 % des pays africains n’atteindront pas l’objectif fixé en septembre de vacciner au moins 10 % de leur population contre le virus, alors qu’une troisième vague de pandémie se profile sur le continent.

L’Afrique a maintenant enregistré cinq millions de cas de COVID-19, la région d’Afrique australe étant la plus touchée, selon un décompte de Reuters. « Si le monde veut sortir de cette grave crise, il est essentiel que nous travaillions ensemble pour mobiliser et diriger les ressources vers les pays qui en ont le plus besoin – et que nous le fassions maintenant », a déclaré M. Ramaphosa. Le G7 regroupe les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et le Canada.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P