Putsch au Burkina Faso – Mission de la Cedeao: Alassane Ouattara persona non grata

AfriqueAfrique – PolitiquePutsch au Burkina Faso - Mission de la Cedeao: Alassane Ouattara persona non grata

Pour l’envoi d’une mission au Burkina Faso, comme annoncée par la Cedeao, Alassane Ouattara ne sera pas la bienvenue à Ouagadougou. « Si le président ivoirien Alassane Ouattara est dans l’avion, cet avion ne va pas atterrir ici au Burkina », a déclaré des membres d’une coalition d’organisations de la société civile.

Le Burkina Faso, théâtre d’un coup d’État militaire lundi, a été suspendu vendredi de la Communauté des États ouest-africains (Cédéao), à l’issue d’un sommet virtuel de l’organisation. Lors de ce conclave, il a en outre été décidé de l’envoi, samedi 29 janvier, à Ouagadougou d’une mission des chefs d’État-major des armées de la Cédéao, qui sera suivie lundi 31 d’une mission ministérielle.

Alassane Ouattara persona non grata

le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

Vendredi 28 janvier 2022 au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou, des leaders d’Organisations de la société civile (OSC) ont réitéré leur soutien «indéfectible» au Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), mouvement dirigé par le Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, chef de la junte au pouvoir au Burkina Faso. « Nous voulons une CEDEAO des peuples qui se soucie du devenir des Etats de sa communauté, mais pas un syndicat de chefs d’Etat », ont déclaré avec force les membres de la coalition des Organisations de la société civile regroupées au sein de l’Initiative Populaire des Organisations de la Société Civile du Burkina Faso pour l’unité nationale (IP-OSC-BF). Se prononçant sur l’arrivée dans les prochains jours de la délégation de la CEDEAO à Ouagadougou, Marcel Tankoano a assuré que «si le président ivoirien Alassane Ouattara est dans l’avion, cet avion ne va pas atterrir ici au Burkina».

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est souvent critiquée pour son inaction ou son incapacité à prévenir les crises politiques. Par ailleurs, la Cédéao est souvent perçue comme une organisation influencée par la France car elle est composée en majorité d’anciennes colonies françaises. Pour ce putsch au Burkina Faso, la Cédéao n’a toutefois pas décidé d’autres sanctions pour l’instant, mais les chefs d’État se retrouveront le 3 février à Accra pour réévaluer la situation.

Voir aussi la sélection de la rédaction

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

%d blogueurs aiment cette page :
P