« Moscou y réfléchira à deux fois si l’Occident lui propose de relancer les relations », Lavrov

MondeMonde – Economie"Moscou y réfléchira à deux fois si l’Occident lui propose de relancer les relations", Lavrov

Les pays occidentaux seront obligés de reconnaître qu’il est impossible de bafouer impunément les intérêts de la Russie, a déclaré ce lundi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’exprimant au lycée Primakov dans le cadre du projet 100 questions à un dirigeant.

« Je suis convaincu que tout cela finira. L’Occident admettra une nouvelle fois la réalité qui est en train de se former sur Terre. Il sera contraint d’admettre qu’il est impossible de bafouer impunément en permanence les intérêts vitaux russes, ceux des Russes, où qu’ils habitent », a-t-il indiqué. Il a ajouté que la Russie ne compterait à l’avenir que sur elle-même et sur les pays ayant prouvé leur fiabilité et ne marchant pas sous la houlette des autres.

En outre, Sergueï Lavrov a évoqué une éventuelle reprise des relations entre la Russie et les pays occidentaux. Si ceux-ci veulent proposer quelque chose pour la reprise des relations, Moscou y réfléchira à deux fois. « Quand ils surmonteront leur « acharnement » et verront que la Russie est là, qu’elle n’a pas disparu […], s’ils veulent offrir quelque chose en termes de relance des relations, nous réfléchirons sérieusement si nous en avons besoin ou pas trop », a-t-il noté.

Les relations économiques russo-chinoises se développeront encore plus rapidement

La coopération économique entre la Russie et la Chine prendra bientôt de l’ampleur, alors que l’Occident « prend la position d’un dictateur », a également déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« Maintenant que l’Occident prend la position d’un dictateur, nos liens économiques avec la Chine se développeront encore plus rapidement. En plus des revenus directs pour le budget de l’État, ces liens nous donnent la possibilité de mettre en œuvre des plans pour le développement de l’Extrême-Orient et Sibérie orientale. La majorité des projets avec la Chine s’y développe et y est mise en œuvre. C’est une opportunité pour nous de réaliser notre potentiel dans le domaine des hautes technologies, y compris l’énergie nucléaire, mais aussi dans un certain nombre d’autres domaines », a-t-il souligné.

Le ministre a notamment souligné que les relations entre Moscou et Pékin étaient fondées sur des documents doctrinaux qui « caractérisaient les contacts entre les deux pays comme un partenariat stratégique et une interaction multiforme ». « Nous avons une longue frontière avec la Chine et des intérêts communs dans le cadre des principes de justice et de multipolarité dans les affaires internationales. Il y a des avantages économiques mutuels », a-t-il souligné.

« La Chine a développé des technologies de l’information et de la communication, qui n’étaient pas pires qu’en Occident. Beaucoup d’entre elles sont mutuellement bénéfiques », a ajouté le ministre.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P