Liban: les « braquages » de banques se multiplient, les déposants réclamant leur propre argent

MondeMonde – SociétéLiban: les "braquages" de banques se multiplient, les déposants réclamant leur propre argent

Cinq banques ont été « braquées » vendredi au Liban par des clients cherchant à retirer leurs économies bloquées, les derniers en date d’une série d’incidents de ce type qui ont suscité un large soutien dans l’opinion publique de ce pays frappé par une crise sans précédent.

Un total de sept banques ont été braquées depuis mercredi au Liban, où les banques commerciales ont privé la plupart des déposants de leurs économies depuis qu’une crise économique s’est installée il y a trois ans, laissant une grande partie de la population dans l’incapacité de payer les produits de base.

Vendredi matin, un homme armé identifié comme Abed Soubra est entré dans la BLOM Bank dans le quartier Tariq Jdideh de la capitale, réclamant son dépôt, a déclaré la banque à Reuters. Il était toujours enfermé dans la succursale des heures plus tard, déclarant à Reuters par téléphone qu’il avait remis son arme aux forces de sécurité et qu’il voulait juste son argent.

« Je resterai ici trois, quatre, cinq jours – je ne bougerai pas tant que je n’aurai pas obtenu mon dépôt », a-t-il déclaré.

Soubra a dit qu’il avait refusé une proposition de la banque de prendre une partie de ses 300 000 dollars d’épargne avec une importante décote et dans la monnaie locale libanaise qui se détériore.

« J’ai déposé mon argent en dollars, je veux le récupérer en dollars », a-t-il dit.

Soubra a été acclamé par une grande foule de personnes rassemblées à l’extérieur, dont Bassam al-Sheikh Hussein, qui a réalisé le tout premier hold-up en août pour récupérer ses propres dépôts auprès de sa banque, qui a abandonné les poursuites contre lui.

« Nous allons continuer à voir ce genre de choses se produire tant que les gens auront de l’argent à l’intérieur. Que voulez-vous qu’ils fassent ? Ils n’ont pas d’autre solution », a déclaré Hussein, qui a obtenu environ 30 000 $ de ses économies de 200 000 $.

Fermeture de trois jours la semaine prochaine

L’association des banques du Liban a annoncé une fermeture de trois jours la semaine prochaine en raison de préoccupations croissantes en matière de sécurité et a appelé le gouvernement à adopter les lois nécessaires pour faire face à la crise. Les autorités ont été lentes à adopter des réformes qui leur permettraient d’accéder à 3 milliards de dollars du Fonds monétaire international pour atténuer la crise.

Parmi les lois en attente figure une loi sur le contrôle des capitaux, toujours débattue par le parlement. En son absence, les banques ont imposé des limites unilatérales à la plupart des déposants, leur permettant de récupérer des montants limités chaque semaine en dollars américains ou en livres libanaises. Les retraits en livres libanaises valent de moins en moins, car la lire a perdu plus de 95 % de sa valeur depuis 2019 et s’est rapprochée d’un nouveau plancher d’environ 38 000 pour un dollar cette semaine.

Les banques disent qu’elles autorisent les retraits exceptionnels pour des cas humanitaires, notamment les paiements de soins de santé, mais les déposants disent que les banques n’ont pas tenu parole.

Dans le premier cas de vendredi, un homme a pu récupérer une partie de ses fonds dans la succursale de Ghazieh de la Byblos Bank avant d’être arrêté, a indiqué la source, ajoutant que l’arme en sa possession serait un jouet.

Un autre incident a vu un homme muni d’un pistolet à plomb entrer dans une succursale de la LGB Bank dans le quartier de Ramlet al-Bayda à Beyrouth, cherchant à retirer quelque 50 000 dollars d’économies, a déclaré un employé de la banque.

Ensuite, Mohammad al-Moussawi a menacé la Banque Libano-Française avec un faux pistolet et a réussi à retirer 20 000 dollars en espèces de son compte, a-t-il déclaré par téléphone.

« Ce système bancaire nous trompe et cela vaut ma chaussure », a-t-il dit, précisant à Reuters qu’il allait se cacher.

La BLF Bank a déclaré à Reuters que l’incident « a pris cinq minutes » et qu’aucun employé n’a été blessé.

Le cinquième incident, vendredi après-midi, a vu un homme tirer des coups de feu à l’intérieur d’une succursale de BankMed alors qu’il cherchait à accéder à ses propres économies, a déclaré une source du secteur à Reuters.

La source a déclaré que l’homme était un membre des forces de sécurité libanaises et qu’il n’y avait pas de rapports immédiats de blessures.

Les incidents de vendredi font suite à deux autres dans la capitale Beyrouth et dans la ville d’Aley mercredi, au cours desquels des déposants ont pu accéder à une partie de leurs fonds par la force, en utilisant des pistolets jouets pris pour de vraies armes.

L’association bancaire du Liban a exhorté jeudi les autorités à tenir pour responsables ceux qui se livrent à des « attaques verbales et physiques » contre les banques et a déclaré que les créanciers eux-mêmes ne seraient pas indulgents.

Campagne Moov E-sim

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P