Burkina Faso: le parti de Blaise Compaoré s’oppose à une décision de la CEDEAO

AfriqueAfrique – DiplomatieBurkina Faso: le parti de Blaise Compaoré s'oppose à une décision de la CEDEAO

Le parti de l’ancien président du Burkina Faso, Roch Kaboré, a catégoriquement rejeté la désignation de l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou comme médiateur de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au Burkina Faso.

Lors de son sommet extraordinaire du 04 juin, à Accra, au Ghana, la CEDEAO a nommé l’ancien président du Niger, Mahamadou Issoufou, comme médiateur de l’organisation au Burkina Faso. L’ancien dirigeant est chargé de « faciliter le dialogue entre toutes les parties prenantes ».

Mais cette nomination de l’ancien dirigeant du Niger, ne fait pas l’unanimité au Burkina Faso. Si les autorités militaires au pouvoir, encore moins, l’ancien parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) de Roch Kabore, ne trouvent pas d’incohérence dans la décision de la CEDEAO, le parti de l’ancien président Blaise Compaoré, s’y oppose.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), a appelé dimanche, les autorités de la Transition et le peuple burkinabè à récuser la désignation de Mahamadou Issoufou en qualité de médiateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso. Le CDP dont le dirigeant avait été renversé en 2014 par un soulèvement populaire, argumente que Mahamadou Issoufou dans un « passé récent » s’est illustré comme un « acteur déterminant et de premier ordre » dans des crises antérieures que le Burkina Faso a connues.

 » Il a, par ses soutiens politiques, diplomatiques et financiers, contribué à installer la chienlit dans notre pays en 2014. C’est ainsi qu’au Burkina Faso, personne de bonne foi ne peut nier l’implication personnelle de Monsieur Issoufou sur les évènements d’octobre 2014″, ajoute le parti.

Après la chute de Compaoré, poursuit le CDP, Mahamadou Issoufou a « manœuvré de toutes ses forces » parmi ses pairs chefs d’Etat de la CEDEAO pour consolider le pouvoir de transition en 2015 du Lieutenant-Colonel Yacouba Isaak Zida « en vue de la transmission du pouvoir à ses amis du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) de Salif Diallo, de Simon Compaoré et de Roch Marc Christian Kaboré ».

Ainsi, le CPD estime que Mahamadou Issoufou n’est pas impartial et ne saurait donc être le mieux placé pour jouer le rôle de médiateur car, dit-il, « un médiateur est à priori, une personnalité impartiale et à équidistance des parties et jouissant d’une crédibilité avérée envers tous ».

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P