Bénin: un expert-comptable du cabinet MAZARS nommé liquidateur de la SOBEMAP

News - InfosEconomieBénin: un expert-comptable du cabinet MAZARS nommé liquidateur de la SOBEMAP

Créé le 30 novembre 2022, le comité interministériel chargé de suivre la procédure de dissoute de la Société Béninoise des Manutentions Portuaires (SOBEMAP) a procédé à la nomination d’un liquidateur.

Par le décret N°2022-685 du 30 novembre 2022 portant dissolution de la Société Béninoise des Manutentions Portuaires et nomination de son liquidateur, le gouvernement de la rupture a acté la dissolution de cette structure opérationnelle du port autonome de Cotonou.

Le nom du liquidateur désigné pour suivre l’opération de dissolution est connu. Selon le quotidien LNT, il s’agit de Armand Pierrot Fandohan, un expert-comptable du cabinet MAZARS.

Ce liquidateur a reçu mandat pour produire en six mois une feuille de route présentant notamment la méthodologie de travail et les modalités d’intervention à soumettre à la validation du comité interministériel chargé de la supervision de la liquidation.

L’article 4 du décret stipule en effet que « Le liquidateur dépose, selon une périodicité fixée dans la feuille de route, des rapports d’étape sur l’état d’avancement des opérations de liquidation et au terme de sa mission, un rapport de clôture de la liquidation au comité interministériel chargé de la supervision de la liquidation ».

Selon le conseil des ministres du 30 Novembre 2022, une nouvelle société est créée en remplacement de la SOBEMAP devenue non compétitive. Le gouvernement a justifié cette option par la modernisation en cours du port de Cotonou qui « conduit à la réorganisation des activités portuaires autour de trois principaux terminaux, à savoir : un terminal polyvalent, un terminal à conteneur et un terminal vraquier en construction ».

La nouvelle société va se consacrer à « la gestion du terminal polyvalent et du terminal vraquier »« Celle-ci sera d’économie mixte avec son capital porté par l’Etat et un partenaire stratégique de référence internationale », avait précisé le compte rendu du Conseil des ministres du 30 Novembre.

Un choix à double avantage

Le gouvernement avait justifié ce choix par la recherche d’un double avantage. Selon ses explications, il y aura un « double avantage de faire profiter au port de l’expertise du partenaire stratégique, de son réseau d’armement qui induira l’accroissement du trafic portuaire et de sa capacité à mobiliser les financements nécessaires à l’acquisition d’équipements modernes de manutention ».

Le Conseil des ministres avait également précisé que la nouvelle société prendra le relais de la Société Béninoise des Manutentions Portuaires (SOBEMAP) dont « le faible niveau de compétitivité s’explique notamment par son statut d’entreprise publique qui ne facilite pas la flexibilité et l’adaptation aux exigences du commerce maritime international ».

Le gouvernement met également en cause la « trop faible capacité d’investissement qui ne lui (SOBEMAP) permet pas d’adapter ses équipements aux besoins de l’industrie maritime en perpétuelle mutation ainsi que la structure de ses charges d’exploitation ».

Laisser un commentaire

P