Moov Africa Start up challenge

Bénin: le groupe terroriste JNIM revendique l’attaque de Karimama

BeninBénin – SociétéBénin: le groupe terroriste JNIM revendique l'attaque de Karimama

Dans la nuit du lundi 25 avril au mardi 26 avril 2022, le commissariat de Monsey dans la commune de Karimama avait été attaqué par des hommes armés. Cette attaque qui a fait un mort a été revendiqué par la coalition Jama’at Nusrat Al Islam Wal Muslimin (JNIM), un groupe terroriste affilié à Al-Qaïda.

Pour la première fois, un groupe terroriste revendique une attaque terroriste au Bénin. Il s’agit de la dernière en date, survenue à Karimama, dans le Département de l’Alibori. « Dans un audio non officiel, JNIM a revendiqué l’attaque du 26 avril contre un poste de police à Monsey (Karimama) », a rapporté Menastream dans un tweet ce lundi 2 mai 2022.

Selon la publication de Menastream, le groupe terroriste lié à Al-Qaïda, a également affirmé « avoir saisi des armes et des munitions (15 AK, 2 armes de poing, environ 100 AK mags , 2 boîtes de munitions et une grosse somme d’argent) ».

Un policier tué…

Au cours de cette attaque, l »un des agents de la police républicaine en poste cette nuit avait été tué par les assaillants. Les dégâts matériels constatés sur place sont lourds. Le commissariat a été entièrement incendié. Le véhicule de l’un des policiers n’a pas échappé à la furie des individus armés, il a été également brûlé.

Selon le témoignage de l’un des policiers rescapés, les assaillants ont lancé l’assaut contre le poste de police à partir de 3 heures 15 minutes. Les tirs ont retenti jusqu’à 5 heures du matin. Aux dernières nouvelles, le commissaire de Monsey n’est plus à son poste. Il a été limogé par le Directeur général de la police républicaine.

Avant l’attaque du commissariat de Monsey, les djihadistes avaient tué cinq (05) militaires béninois dans le Parc Pendjari situé à l’extrême nord-ouest du pays, dans le département de l’Atacora. Ils avaient posé des mines artisanales pour faire sauter des véhicules de l’armée. En février dernier, le Parc W avait connu presque le même sort avec 8 morts dont (un agent civil d’APN, 5 gardes forestiers ainsi que leur instructeur français, un agent des Forces Armées béninoises) et 12 blessés.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P