AccueilA la UneBénin: Joël Aïvo et ses deux co-accusés condamnés à 10 ans de prison ferme

Bénin: Joël Aïvo et ses deux co-accusés condamnés à 10 ans de prison ferme

Après plus de deux heures d’attente, avocats et juges ont regagné la salle d’audience où la lecture du verdict est attendue. Dans son délibéré, la cour présidée par Madame Christelle Adonon a condamné Joël Aïvo et ses deux co-accusés à 10 ans de réclusion criminelle et au payement de 45 Millions de francs cfa d’amende.

Fin du procès de blanchiment de capitaux et de déstabilisation de l’Etat débuté tôt ce lundi 06 décembre 2021 à la cour de répression des crimes économiques et du terrorisme (Criet). L’agrégé de droit est condamné à10 ans de réclusion criminelle et au payement de 45 Millions d’amende. Même peine pour ses deux co-accusés Boni Sarè Issiakou et Ibrahim Bachabi Moudjaïdou à la différence d’une amende de 5,7 millions. Quant au sieur Alain Dotou Gnonlonfoun, il est relaxé au bénéfice du doute. Dans son délibéré, la cour est allée du côte de la réquisition du ministère public qui avait requis dix ans de prison ferme et 50 Millions d’amende contre les accusés.

les 5 éléments qui motivent la réquisition du procureur Mètonou

le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

Après exposition des faits, le ministère public représenté par le magistrat Mario Mètonou a demandé à la cour de déclarer les accusés coupables pour blanchiment de capitaux et atteinte à la sûreté de l’État. Il a ensuite requis 10 ans de réclusion criminelle et une amende de 50 millions fcfa pour chacun des accusés.

Le procureur spécial de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a fondé sa réquisition sur cinq éléments. Pour lui, Joël Aïvo et ses co-accusés doivent être inculpés parce que:

  • le complot contre la sûreté de l’Etat, est constitué dès son acceptation morale, avant qu’il ne se concrétise,
  • l’intention de coup d’Etat est clairement établie chez l’accusé Boni Sare Issiakou,
  • les éléments matériels accusant Boni Sare Issiakou sont les fonds reçus, les documents retrouvés chez lui et leur contenu,
  • Alain Gnonlonfoun a levé les fonds pour la caution de Joël Aïvo, dont Arnaud Houedanou est contributeur,
  • Joël Aïvo est bénéficiaire du complot financé par Arnaud Houedanou.

« Ce genre de dossier est destiné à nous museler. Ce n’est pas bon »

Pour le doyen d’âge du collège d’avocat constitué pour la défense de Joël Aïvo, les liens factuels entre les infractions et les auteurs n’existent pas. Pour lui,il s’agit de ces genres de dossier qui vise à museler. Cet état de chose, précise-t-il n’est pas bon.. « Il n’y a pas de développement dans la contrainte », se désole le professionnel du droit.

A croire Me Robert Dossou, le droit est une science qui requiert une technique qui commence depuis l’enquête policière. Il convie les professionnels de cette science à revenir aux fondamentaux. La réquisition du ministère public sonne pour lui comme une sanction de la dénonciation de ce qui n’est pas juste.

« Quand quelque chose de technique n’est pas droit dans un pays et que l’on ne peut pas le dire, c’est un drame pour le pays. Un spécialiste du droit électoral parle en période électorale et on doit le mettre en prison!?« , se demande Me Robert Dossou avec amertume.

Ce que Joël Aïvo a dit à la barre ce lundi à la Criet

Appelé à la barre, le constitutionnaliste a d’abord exprimé sa joie de pourvoir enfin dire sa part de vérité dans ce dossier rocambolesque. « Je suis très content d’avoir finalement l’occasion de vous parler. J’ai attendu ça depuis très longtemps. Je vais répondre à toutes vos questions », a-t-il déclaré.

Interrogé sur ses rapports avec les sieurs Gilbert Zinsou et Arnaud Houédanou (les initiateurs de la supposée tentative de coup d’État), Joël Aïvo dit n’avoir vu qu’une seule fois de sa vie le second. Il confie par ailleurs que le premier est un « homme de terrain, qui a organisé deux dialogues itinérants »

Verbatim

Gilbert Zinsou est un homme de terrain qui a organisé deux dialogues itinérants avec nous à Calavi et a Godomey. Je n’avais jamais entendu parlé de Arnaud Houédanou avant l’activité de Calavi (octobre 2020). Et je l’ai vu une seule fois de toute mon existence vers fin Janvier. Mr Houédanou ne m’a jamais aidé directement en tout cas pas plus que les membres de mon entourage.

Sur la provenance des sous qui ont servi au paiement de sa caution de candidature, Joël Aïvo parle d’un « procès en pauvreté ».

La caution que j’aie payé provient de mes ressources et de l’aide que d’autres personnes m’ont apporté de l’extérieur. J’ai été surpris que la commission d’instruction tire des conclusions selon lesquelles des réunions se tenaient à mon bureau sans aucune preuve alors que j’étais candidat et rencontrait beaucoup de personnes. Boni Siaka je ne peux le rencontrer que dans la salle de conférence de mon siège puisque c’est le seul passage pour aller dans mon bureau ou descendre. Vous me faites à la limite un procès en pauvreté. Est-ce parce que je suis professeur de Droit que je ne suis pas en mesure de payer 50 millions ? Pourquoi cette question n’est pas posée à ceux qui ont fait campagne en dépensant des milliards.

Quid de son implication dans la supposée tentative de coup d’État ?

Sur cette préoccupation, Joël Aïvo fait savoir qu’aucune preuve ne montre son implication alors que la Brigade économique et financière a eu le temps nécessaire de faire les enquêtes.

Mes deux ordinateurs, mes trois téléphones, et mon agenda sont à la Bef. Ils ont eu le temps nécessaire pour faire les enquêtes et fournir les preuves de ma culpabilité dans ce supposé coup d’État. Mais rien n’y fit. C’est la justice qui a établi ma proximité avec Mr Arnaud H. Si non je ne suis pas proche de lui ni lui de moi.

« Je ne suis pas un criminel…. »

Madame la Présidente, l’accusation me reproche d’avoir dit qu’il y aura alternance en 2021 et que le 6 Avril un nouveau Chef d’État prêtera serment à Porto-Novo. Je n’arrive pas à réaliser que j’ai été arrêté pour ça, que je fais la prison depuis 8 mois pour ça, et que je suis poursuivi par la Justice de mon pays pour ces propos. Et pourtant c’est vrai et les juges instructeurs ont même pu écrire tout ça dans les actes de mise en accusation. C’est surréaliste.

D’abord, permettez-moi de vous rappeler, Madame la Présidente, que l’alternance politique est une notion de Droit Constitutionnel et de Sciences Politiques qui signifie changement de Président de la République, de gouvernement à la suite d’élections démocratiques. Ensuite, la prestation de serment en avril au Bénin, c’est une tradition républicaine depuis les premières élections démocratiques de 1991. Même le Président Talon a prêté serment le 06 avril 2016. Enfin, Madame la Présidente, un putschiste ne s’annonce jamais. Il surgit, agit et se maintient. Croyez-moi, c’est un Professeur de Droit Constitutionnel qui vous parle.

En Afrique, le Colonel Mamady Doumbouya était-il candidat à l’élection présidentielle de 2020 en Guinée avant de renverser Alpha Condé ? Le Colonel Assimi GoÏta était-il candidat avant de renverser le Président IBK ? Le Général Guéï en 1999 ? Jamais. Un putschiste ne s’annonce jamais et ses intentions ou ambitions présidentielles ne sont jamais connues avant son coup d’État.

Cette loi universelle des coups d’État se vérifie aussi au Bénin avant 1990. Christophe SOGLO, Maurice Kouandété, Michel AÏKPE, Janvier ASSOGBA, Michel ALLADAYE et Mathieu KÉRÉKOU avaient-ils jamais été candidats à une élection présidentielle au Bénin ? Jamais. La Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples a dit que la révision de la Constitution du Benin est non avenue. J’avais foi que le Gouvernement en tirerait les conséquences de Droit et que nous irons aux élections le 6 avril 2021.

« Madame, Messieurs les juges, un poulain qui nait dans une étable à côté d’une vache n’est pas un veau. On a beau me promener de juges en juges, me maintenir en prison, on a beau tenter de me faire porter le masque d’un criminel, on a beau tenter de délégitimer mon combat pour la démocratie, je ne serai jamais le criminel qu’on a voulu fabriquer et que je n’ai jamais été dans ma vie. » Mon éducation, mon hygiène morale, mon parcours professionnel, ma pratique sociale et ma réputation m’opposent radicalement au portrait du criminel que mes adversaires tentent vainement de vendre au monde entier »


Madame la Présidente, je ne suis dupe de rien. Je suis poursuivi pour avoir incarnée une alternative démocratique pour mon pays. Je suis poursuivi pour avoir préparé une candidature indépendante capable de provoquer l’alternance au sommet de l’Etat. Et la violence du traitement qui m’est infligé depuis le 15 avril 2021 est à la hauteur du signal fort que le régime actuel veut lancer à quiconque sera tenté par une candidature crédible et non contrôlée par le régime. Mais la brutalité de l’injustice qui me frappe de plein fouet suffira-t-elle à dissuader demain, dix (10) millions de béninois de s’engager pour la défense de leur pays et surtout nourrir des ambitions pour leur pays ? j’en doute fort ».

l’État m’a abandonné…

Joël Aïvo : Depuis huit (08) mois, l’État m’a abandonné et livré à mes adversaires politiques. Depuis huit (08) mois, je n’ai rencontré sur mon chemin de croix aucun serviteur de l’État soucieux de mes droits. Madame la Présidente, l’État m’a abandonné aux mains de mes accusateurs qui ont eu le loisir de faire de moi ce qu’ils ont voulu et parfois en violant les lois de la République. En huit (08) mois, on m’a affligé toute forme d’humiliation : Me voici en gilet de prisonnier devant vous. J’en ai en bleu barré jaune fluor et en bleu barré rouge fluor. Je suis présenté devant le Procureur Spécial, je suis présenté au Juge d’Instruction, puis enfin en session criminelle. Comme un criminel. J’ai connu la sirène hurlante de la Police et de la voiture des prisonniers.

J’ai même connu les menottes, oui les menottes, car figurez-vous, que le Capitaine Rodrigue RIDAGBA, Régisseur de la Prison Civile de Cotonou m’a posé les menottes pour quelques minutes sur un trajet de moins de dix (10) mètres à l’intérieur de la prison avant de me les enlever une fois dans la voiture. Evidemment, chacun savoure le trophée qu’il tient en main. Madame la Présidente, j’ai dit que l’État m’a livré à la vengeance et à la punition de mes adversaires et que la justice ne s’est jamais préoccupée de mes droits.

Au contraire. En prison j’ai connu l’insalubrité de ma cellule, l’indignité, l’humiliation de recevoir mon épouse debout et parfois sous la pluie. Depuis huit (08) mois, je n’ai jamais pu m’asseoir avec ma femme pour régler les problèmes de nos enfants. Cette maltraitance que je subis depuis huit (08) mois sans avoir rien fait à personne, c’est mon chemin de croix. Je porte ma croix depuis huit (08) mois et je serai prêt, si c’est votre décision, à reprendre ma croix et à la porter de nouveau avec dignité et patriotisme.

«J’ai été arrêté le 15 avril en pleine circulation et à la BEF le Commissaire Allowanou me dit que je suis le père de 5 ans c’est 5 ans qui a déclenché des vagues de violences. C’est le lendemain à l’occasion du defèrement que j’entends parler de blanchiment. »

« Faites de moi ce que vous voulez… », Joël Aïvo

« Madame la Présidente, messieurs les accesseurs. Il ne revient pas à la justice criminelle d’arbitrer les adversités politiques.

Ensuite, j’aimerais vous faire remarquer que seule la démocratie est éternelle. On peut en sortir mais croyez-moi, on y revient toujours. La démocratie, c’est la sécurité et la sûreté pour tous. Hors de la démocratie, c’est l’aventure pour nous tous. Aujourd’hui c’est moi, à qui le tour demain ?

Pour finir Madame la Présidente, Messieurs les accesseurs, depuis le 15 avril, j’ai décidé de faire don de ma personne à notre pays. Vous êtes aussi des enfants de ce pays, faites de moi ce que vous voulez. »

spot_img

A voir aussi

Laisser un commentaire

A Lire Aussi

Samuel Eto’o : son fils, Etienne Eto’o Pineda, cambriolé en plein jour, à Yaoundé

Etienne Eto’o Pineda, le fils de l’actuel président de la Fédération...

Dubaï Porta Potty : Francis Mvemba fait une allusion dérangeante à Coco Emilia

Au cœur du scandale « Dubaï Porta Potty », Francis Mvemba a trouvé...

L’Arabie saoudite souhaite un accord Opep+ avec la Russie

L'Arabie saoudite espère pouvoir élaborer un accord Opep+ qui comprendra la...
P