Bénin: « J’espère que ça lui passera », Guy Mitokpè répond aux attaques de Candide Azannaï

News - InfosPolitiqueBénin: "J'espère que ça lui passera", Guy Mitokpè répond aux attaques de Candide Azannaï

L’ancien député Guy Mitokpè est enfin sorti de son mutisme sur les récentes sorties de Candide Azannaï. Reçu sur Esae Tv, l’ex-Secrétaire général de Restaurer l’Espoir (RE) a exprimé sa tristesse suite aux attaques de son ex-mentor contre sa personne.

« J’ai été attristé et déçu… J’espère bien que ça lui passera », a réagi Guy Mitokpè. « Il ne s’en est pas pris qu’à moi seul. J’ai remarqué qu’il s’en est pris aussi à ma famille et à mes proches. J’ai trouvé ça très fort de sa part. En 15 ans de collaboration, à aucun moment, je pouvais anticiper sur le fait qu’il puisse dire de pareilles choses sur ma personne », a-t-il déploré.

L’ancien parlementaire se refuse de répondre vertement aux propos de Candide Azannaï. Son éducation ne lui permet de répondre à un aîné, a-t-il fait savoir. Néanmoins, il a tenu à démentir certaines informations données par l’ancien ministre chargé de la Défende, sur son départ du parti RE.

En effet, dans une émission organisée quelques jours après l’adhésion de Guy Mitokpè au parti « Les Démocrates », Candide Azannaï a révélé que son ancien Secrétaire Général voulait adhérer à la mouvance. « Non, ça ne m’a jamais traversé l’esprit. A aucun moment, je n’ai abordé avec lui la question d’aller vers la mouvance », a démenti Guy Mitokpè.

« Il n’y a pas de place pour la rancune, j’ai pardonné »

Guy Mitokpè semble avoir déjà passé à autre chose. En tout cas, il ne compte pas se focaliser sur les attaques de Candide Azannaï pour qui il exprime toujours du respect. « Personnellement, à mon niveau, j’ai pardonné. Le plus important, c’est ce que nous apportons au débat », a-t-il dit.

L’ex-parlementaire trouve que les diatribes de Candide Azannaï dans le champ politique. « Dans le champ politique, on peut s’en prendre à celui qui a le pouvoir, parce qu’on estime qu’il n’est pas en train de gérer conformément aux lois de la République, donc on se constitue en opposition. Mais dans le champ politique, on ne peut s’en prendre de cette manière à un collaborateur qui est parti », a-t-il expliqué.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P