8 milliards de personnes dans le monde: appel de PMNCH à une plus grande attention envers les jeunes

Par :

PMNCH

le

Alors que le monde célèbre la naissance de son 8 milliardième citoyen, la plus grande génération de jeunes de l'histoire appelle au changement

COMMUNIQUE

Un mouvement de jeunes en expansion à travers le monde, soit 1,8 milliard de personnes, réclame une plus grande attention aux politiques et au financement en faveur de leur santé et de leur bien-être.

La population mondiale a officiellement atteint 8 milliards de personnes cette semaine, alors que la plus importante génération de jeunes de l’histoire – 1,8 milliard d’adolescents et de jeunes (âgés de 10 à 24 ans) – est confrontée à des défis sans précédent en matière de santé et de bien-être. L’adolescence est une étape critique du développement, mais entre 2003 et 2015, seulement 1,6 % de l’aide sanitaire au développement a été consacrée à des programmes destinés aux adolescents. La situation a été considérablement exacerbée par la triple menace des conflits, des changements climatiques et de la pandémie de COVID-19.

Qatar 2022
Match à venir
Fifa Coupe du Monde
6 Déc 2022
- 16h00
Maroc
- -
Espagne
Fifa Coupe du Monde
6 Déc 2022
- 20h00
Portugal
- -
Suisse
Derniers Résultats
Fifa Coupe du Monde
5 Déc 2022
- 20h00
Brésil
4 1
Corée du Sud
Fifa Coupe du Monde
5 Déc 2022
- 16h00
Japon
1 1
Croatie
Fifa Coupe du Monde
4 Déc 2022
- 20h00
Angleterre
3 0
Senegal
Fifa Coupe du Monde
4 Déc 2022
- 16h00
France
3 1
Pologne

Offrir des soins de santé sexuelle et reproductive de qualité aux adolescents et aux jeunes figurait en bonne place à l’ordre du jour de la Conférence internationale sur la planning familial (ICFP 2022), qui s’est tenue du 14 au 17 novembre à Pattaya, en Thaïlande. La plus grande conférence scientifique au monde sur la planification familiale et la santé et les droits en matière de procréation a réuni plus de 3 500 délégués, représentant des gouvernements, des parlements, des ONG, des agences des Nations unies, et des organisations de jeunes, du secteur privé et du monde universitaire, entre autres.

Environ 12 millions de filles âgées de 15 à 19 ans et au moins 777 000 filles de moins de 15 ans accouchent chaque année dans les pays en voie de développement. Au moins 10 millions de grossesses non désirées surviennent chaque année chez les adolescentes âgées de 15 à 19 ans dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, tandis que les complications liées aux grossesses et aux accouchements figurent parmi les principales causes de décès chez les filles âgées de 15 à 19 ans dans le monde.

En raison de la stigmatisation et des discriminations liées à l’âge et des lois ambiguës ou restrictives, les adolescents sont particulièrement exposés au cas d’avortement à risque. Sur environ 5,6 millions d’avortements qui ont lieu chaque année chez les adolescentes âgées de 15 à 19 ans, 3,9 millions sont pratiqués dans des conditions dangereuses, ce qui contribue à la mortalité maternelle, à la morbidité et à des problèmes de santé durables. Les écarts existants en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs (DSSR) des adolescents ont été aggravés par la COVID-19, qui selon les estimations, réduit de 12 % l’accès des adolescents aux contraceptifs modernes et de 25 % l’accès aux soins de maternité.

La Conférence Internationale sur la Planning Familial (ICFP) 2022 a été clôturée par le lancement d’un rapport de consensus mondial, intitulé : Faites-leur savoir : Une feuille de route mondiale d’action pour la santé et les droits sexuels et reproductifs des adolescents et des jeunes, pilotée par les jeunes. Cette feuille de route, élaborée par plus de 40 organisations dirigées par des jeunes, vise à assurer pleinement la santé, les droits et la justice en matière de sexualité et de procréation pour tous les jeunes. 

Le PMNCH, la plus grande alliance mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents, est citée dans le rapport comme une plateforme clé pour encourager la participation et le leadership des adolescents et des filles. La campagne 1,8 milliard de jeunes pour le changement de PMNCH organise, en octobre 2023, le Forum mondial des adolescents ; le plus grand rassemblement de jeunes au monde.

« Le plus souvent, les politiques et les programmes sont élaborés et conçus pour les jeunes, et non par les jeunes », a déclaré Sahil Tandon, de la Fondation Packard ; vice-président du comité de plaidoyer stratégique de PMNCH et coprésident du groupe d’action du programme du Forum mondial des adolescents. « Il y a du potentiel, du pouvoir et de la volonté chez les jeunes leaders et ils devraient définir l’agenda qui les concerne en tenant compte de leurs revendications, de leurs exigences et de leurs aspirations pour leur bien-être. »

Au cours de la conférence, les jeunes ont pris part à un dialogue intergénérationnel avec des dirigeants nationaux et mondiaux. L’événement « Déjeuner avec les dirigeants », organisé conjointement par PMNCH et l’UNFPA, a permis aux jeunes de discuter directement avec les dirigeants et les décideurs politiques de leur programme de changement.

« Les décideurs politiques devraient interroger leurs électeurs sur les attentes des jeunes, travailler de manière intersectorielle et adopter une approche globale du bien-être des adolescents », a déclaré Dr David Imbago, responsable de la plateforme YIELD et membre du Conseil d’Administration de PMNCH, représentant son département « Adolescents et jeunes ». « C’est une opportunité pour vous de réfléchir à des conditions et des partenariats qui vont durer de nombreuses années », a-t-il déclaré aux décideurs politiques lors du déjeuner.

Tout porte à croire qu’un investissement dans les adolescents est économiquement judicieux et qu’il est très rentable. On estime que chaque dollar investi dans des programmes destinés aux jeunes rapporte généralement entre 5 et 10 dollars, certaines interventions affichant même un rendement supérieur.

Lucy Fagan, du principal groupe de l’ONU pour l’enfance et la jeunesse, membre du groupe de travail de PMNCH sur la redevabilité et coprésidente du groupe d’action sur le partenariat et la communication, a souligné l’importance de tirer parti des opportunités offertes par l’ère numérique pour connaître et faire valoir ses droits, ainsi que la nécessité d’investir davantage dans les services SDSR pour adolescents et d’impliquer les jeunes dans la conception et le développement des services qu’ils utilisent.

« L’argent devrait nous parvenir, aux organisations dirigées par des jeunes », a déclaré Mme Fagan. « Beaucoup d’entre nous apportent déjà des changements sur le terrain et favorisent l’accès à des informations, des services et un accompagnement par les pairs sans stigmatisation. L’accès à un financement durable et souple peut nous permettre de faire notre travail et de le faire correctement. Nous revendiquons nos droits, nous voulons être responsables, nous voulons être des partenaires à part entière dans ce voyage ensemble pour la santé et les droits sexuels et reproductifs et nous voulons un changement maintenant.»

Lire d'autres communiqués

Benin: l’intégralité de la décision El 22-004 de la cour dans le dossier Les Democrates vs DGI

Saisie d’une requête en date à Cotonou en date...

Enseignement supérieur : ces résultats, témoins de l’excellence à ESM-BENIN

Depuis sa création en 2007, l’Ecole Supérieure de Management...

Bénin: 04 morts après une panne d’électricité au CNHU, le plus grand hôpital

Des informations circulent sur les réseaux sociaux, faisant état...

Crise au sein du Cadre de Concertation des Confessions Religieuses, et si on passait au mode rotatif ?

A l’Assemblée générale du Cadre de Concertation des Confessions...
P