Guerre en Ukraine: l’Union Européenne réaffirme son soutien à Kiev

MondeMonde – DiplomatieGuerre en Ukraine: l'Union Européenne réaffirme son soutien à Kiev

Le président français Emmanuel Macron a exhorté mardi la communauté internationale à ne faire montre d’« aucune faiblesse, aucun esprit de compromission » face à la Russie, alors que la guerre en Ukraine entrera mercredi dans son septième mois.

Alors que de nombreux pays européens fournissent de l’équipement militaire à l’Ukraine, l’Union européenne envisage d’organiser une mission « d’entraînement et d’assistance » à l’armée ukrainienne qui se déroulerait dans les pays voisins, a précisé lundi, le Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell. La proposition sera discutée la semaine prochaine à Prague lors du Conseil des ministres de la Défense des pays membres de l’UE.

Ce mardi, c’est le président Français Emmanuel Macron, qui appelle le bloc européen à ne pas fléchir face à la Russie. « Nous ne pouvons (…) avoir aucune faiblesse, aucun esprit de compromission, parce qu’il en va de notre liberté à toutes et à tous, et de la paix dans toutes les parties du globe », a-t-il lancé dans un message vidéo au Sommet de la « plateforme de Crimée ». Les Européens sont prêts à soutenir le « combat » de l’Ukraine « dans la durée », a-t-il ajouté à l’attention du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Réticence

Vladimir Poutine mise sur « la réticence » des Européens à supporter les conséquences de la guerre déclenchée par Moscou en Ukraine et l’unité des Etats membres nécessite d’être « maintenue au jour le jour », souligne le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell. « Il ne faut pas oublier que l’Union européenne est une association d’Etats qui ont des approches différentes vis-à-vis de la Russie », rappelle le diplomate espagnol qui s’attend à des discussions difficiles lors de la réunion des ministres européens de la Défense et des Affaires étrangères les 30-31 août à Prague.

« Les Etats membres sont maîtres de leur politique étrangère. Nous devons faire en sorte que leurs intérêts arrivent à un point commun. On est toujours dans le compromis. A Vingt-Sept avec la règle de l’unanimité, c’est parfois impossible », reconnaît-il, tout en constatant l’absence de consensus pour abandonner cette règle. Alors que l’Europe se prépare à un hiver sans gaz russe, le chef de la diplomatie européenne insiste sur la nécessité « d’endurer et de répartir les coûts au sein de l’UE ».

Paris évoque une visite d’inspection de la centrale de Zaporojie

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a évoqué mardi avec son homologue française Catherine Colonna la possible visite d’inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie.

Au cours d’une conversation téléphonique, « ils ont discuté en détail de la situation autour de la centrale de Zaporojie et des opportunités existantes d’organiser une visite de la centrale lors d’une mission de l’AIEA », a expliqué le diplomate russe dans un communiqué. Lavrov a assuré que l’Ukraine continuait de « bombarder la plus grande centrale nucléaire en Europe, ainsi que sa zone adjacente, ce qui expose toute la population européenne au danger d’une catastrophe nucléaire ».

Ce mardi doit se tenir une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la centrale nucléaire de Zaporojie, la plus grande d’Europe, et qui est occupée par l’armée russe.

La recrudescence des combats autour de cette centrale nucléaire du sud de l’Ukraine, les deux belligérants se rejetant mutuellement la responsabilité des attaques, a fait resurgir le spectre d’une catastrophe pire que celle de Tchernobyl. L’ONU s’en inquiète et demande la cessation immédiate de toute activité hostile autour de la centrale.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P