AccueilReflexionAnalyse et DécryptageGuéguerre Gbadamassi-Ouorou: le buffle de Parakou a-t-il capitulé ?

Guéguerre Gbadamassi-Ouorou: le buffle de Parakou a-t-il capitulé ?

On était au début du mois de Décembre 2021. L’ancien maire de Parakou, l’honorable Rachidi Gbadamassi fait une sortie médiatique fracassante. Sa cible son compatriote Richard Boni Ouorou qui aurait osé des critiques sur la gouvernance du président Patrice Talon. Mais depuis sa réaction tonitruante dont l’objectif semble être amené le politologue à se la faire boucler, le député BR donne l’impression de battre en retraite laissant le boulevard ouvert au consultant qui occupe désormais le terrain de la critique.

Il n’est pas de son habitude de céder devant l’adversité politique. Mais face au politologue Richard Boni Ouorou, le député du parti Bloc Républicain, l’honorable Rachidi Gbadamassi semble avoir jeté l’éponge.

le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

A lire aussi: « Richard Boni Ouorou n’est pas un politologue, c’est un usurpateur de titre », Rachidi Gbadamassi

Certainement envoyé par ses maîtres du moment (interprétation faite par Richard Boni Ouorou de cette sortie médiatique) pour faire boucler la gueule à un aspirant politique, l’ancien maire de la cité des Kobourou semble n’avoir pas été à la hauteur de la mission qu’il avait pourtant entamé avec beaucoup d’assurance.

Dans une réplique retentissante à Richard Boni Ouorou, l’expert en stratégies politique, comme il aime bien se faire appeler, est allé déterrer un élément sensible pour contraindre son compatriote qui a commencé par s’illustrer dans un registre de critique du régime, à se caser.

Pour atteindre l’objectif, l’acteur politique à voulu tenir le fil de la fierté, de la dignité et de l’honorabilité de son adversaire (un terrain sur lequel les politiciens béninois sont passés maîtres).

Pour toucher la cible, il faut l’attaquer à des endroits sensibles. La première trouvaille était donc de remettre en cause son statut professionnel. « Richard Boni Ouorou n’est pas un politologue. Je doute même de sa thèse. Il est tout sauf politologue« , avait martelé l’élu BR.

Pour Rachidi Gbadamassi, Richard Boni Ouorou est un récidiviste en matière d’usurpation de titre. Il aurait été même interpellé et mis en prison sous l’ancien régime pour avoir usurpé le titre d’avocat, a précisé le parlementaire pour touché l’adversaire au point sensible qui pourrait le contraindre à s’aligner.

Mais cette sortie médiatique de l’honorable Rachidi Gbadamassi, loin de produire l’effet escompté a plutôt produit l’effet contraire. C’est à croire que cette sortie médiatique de l’élu de la 8è circonscription électorale était une carte blanche donnée au politologue qui semble désormais se donner pour mission d’attaquer à temps et à contre temps le pouvoir de la rupture.

Rachidi Gbadamassi aurait-il capitulé ?

Traité d’inculte politique et invité à l’humilité pour se faire former par ses aînés dont lui, Rachidi Gbadamassi, le politologue Richard Boni Ouorou n’a pas fait silence sur les attaques de l’ancien maire de Parakou. En bon apprenant politique qui assimile vite, il a utilisé le même registre pour fragiliser son adversaire.

Comme la réponse du berger à la bergère, Richard Boni Ouorou est allé aussi déterré un vieux dossier dans lequel l’ancien maire de Parakou, l’honorable Rachidi Gbadamassi serait prétendument impliqué: le dossier du juge Coovi froidement assassiné (un dossier dans lequel la culpabilité du parlementaire n’aurait d’ailleurs jamais été établie ».

A lire aussi: Vie politique au Bénin: Richard Boni Ouorou annonce le déclin de Rachidi Gbadamassi

Pour l’appel à l’humilité pour apprendre la politique auprès des aînés, Richard Boni Ouorou semble ne pas être disposé à se mettre à l’école d’un acteur politique qui selon lui, serait en déclin. « Rachidi Gbadamassi ne dispose plus de son électorat comme capital politique, n’a plus de garantie. Sa paix fébrile est désormais plus que menacée et il le sait » , avait répliqué le politologue.

Mais l’élu du peuple qui se dit être prêt pour un débat contradictoire avec le politologue ou apporter la réplique chaque fois que le pouvoir de la rupture sera attaqué s’est plutôt muré désormais dans le silence. De son côté, critiqué le président de la République et son chargé de mission, Olivier Boko semble devenir pour Richard Boni Ouorou, un sport quotidien.

Pourquoi la réplique ne vient-il plus du côté de l’élu de la huitième circonscription électorale? A-t-il capitulé? Rappelons que pour faire sortir le buffle de Parakou de son enclos, Richard Boni Ouorou avait affirmé que le président Patrice Talon ne fait rien d’autre que de prêter de l’argent pour construire des routes et que son bilan serait donc un bilan blagueur. Mais depuis, les critiques de Richard Boni Ouorou ont atteint un autre niveau sans aucune réaction du parlementaire ou d’un autre thuriféraire du pouvoir.

spot_img

A voir aussi

Laisser un commentaire

A Lire Aussi

Samuel Eto’o : son fils, Etienne Eto’o Pineda, cambriolé en plein jour, à Yaoundé

Etienne Eto’o Pineda, le fils de l’actuel président de la Fédération...

Dubaï Porta Potty : Francis Mvemba fait une allusion dérangeante à Coco Emilia

Au cœur du scandale « Dubaï Porta Potty », Francis Mvemba a trouvé...

L’Arabie saoudite souhaite un accord Opep+ avec la Russie

L'Arabie saoudite espère pouvoir élaborer un accord Opep+ qui comprendra la...

Burkina: plusieurs soldats décorés par Paul-Henri Sandaogo Damiba

Au Burkina Faso, les forces armées ont repoussé vigoureusement une attaque...
P