Burkina Faso: l’Union Africaine appelle l’armée à « assurer l’intégrité physique du président Roch Kaboré »

AfriqueAfrique – DiplomatieBurkina Faso: l'Union Africaine appelle l'armée à "assurer l'intégrité physique du président Roch Kaboré"

L’Union Africaine a condamné ce lundi, la tentative de coup d’Etat au Burkina Faso. L’organisation intergouvernementale d’États africains recommande le dialogue politique comme la voix de solutions des problèmes du Burkina Faso.

A la suite de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Africaine, a fait un communiqué sur le coup d’Etat apparent au Burkina Faso. L’organisation dit « suivre avec préoccupation la situation très grave du Burkina Faso et condamne fermement la tentative d’un coup d’Etat contre un président démocratiquement élu ».

le guide de l'investigateur
le guide de l'investigateur

L’Union Africaine a appelé l’armée nationale et les forces de sécurité du Burkina Faso à s’en tenir strictement à leur vocation républicaine, à savoir, la défense de la sécurité intérieure du pays. Elle les appelle à « assurer l’intégrité physique du président Roch Kaboré et de tous les membres de son gouvernement ». Aussi, recommande-t-elle aux acteurs civils et militaires, le dialogue politique comme la voix de solutions des problèmes du Burkina Faso.

Dans son communiqué, l’Union Africaine déclare avoir entamé des actions en étroite collaboration avec la CEDEAO pour vite trouver incessamment, une solution rapide à cette crise.

Un acte d’une extrême gravité qui ne saurait être toléré

Peu avant l’Union Africaine, la CEDEAO s’est prononcée sur la situation actuelle du Burkina Faso: « La CEDEAO condamne cet acte d’une extrême gravité qui ne saurait être toléré au regard des dispositions réglementaires pertinentes. Elle tient les militaires responsables de l’intégrité physique du Président Roch Marc Christian Kabore », indique le communiqué de l’organisation sous-régionale.

« La CEDEAO demande aux militaires de retourner dans les casernes, de maintenir une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités pour résoudre les problèmes », conclu la CEDEAO. Cette déclaration est intervenue après la réaction du président Kabore, qui a appelé les militaires à déposer les armes.

Voir aussi la sélection de la rédaction

Laisser un commentaire

En ce moment:

Dans le flux de l'actualité

P