La première télé béninoise 100% Web

Togo : Faure Gnassingbé lève l’interdiction sur les marches

Le gouvernement de la République du Togo, a enfin levé l’interdiction sur les marches suite  à l’intervention  des États-Unis et la France  qui ont appelé tout récemment le Président  Faure Gnassingbé à respecter le droit de manifester. L’information a été confirmée par les leaders de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition lors d’une conférence de presse tenue le mardi 31 octobre  2017 dans la capitale Togolaise.

Cette nouvelle décision du gouvernement qui lève la mesure d’interdiction des marches vient donc confirmée avec une certaine certitude que les manifestations annoncées pour les 7, 8 et 9 novembre 2017 par l’opposition auront lieu sur toute l’étendue du national.

Au cours de cette conférence de presse, l’opposition togolaise après avoir demandé l’ouverture d’une enquête internationale indépendante pour situer les responsabilités sur l’intervention de la « milice proche du régime » faisant beaucoup de dégâts matériels et des pertes en vies humaines notamment dans la ville fantôme de Sokodé a lancé un appel vibrant à l’endroit de la population pour une forte mobilisation durant les trois prochains jours de manifestation.

«  Nous appelons les populations à sortir massivement pour faire comprendre au régime de Faure Gnassingbé qu’il ne nous fait pas peur malgré les répressions », a déclaré Brigitte Adjamagbo Johnson, la coordinatrice de la coalition.

Pour rappel, 26 personnes au total, ont été arrêtées dans la capitale Ghanéenne au cours du meeting organisé par les togolais résidents au Ghana pour demander le départ du Président Faure Gnassingbé.

« C’est au moment où les organisateurs étaient sur place qu’on s’est approché d’eux pour leur dire que vous n’avez pas reçu d’autorisation pour organiser cela. Mais le responsable à l’organisation a dit à la police qu’ils ont reçu une autorisation en bonne et due forme, mais qu’elle se trouvait avec une personne qui n’est pas encore venue sur les lieux. Quelque temps après, un camion bourré de gendarmes est arrivé. C’est la débandade. Beaucoup de personnes sont partis, et c’est ceux qui sont restés sur les lieux qui ont été embarqués, même les filles qui vendaient du « pure water »r ont été arrêtées », a martelé Paul Dodji Apévon, président des FDR.

Vous êtes sur la version ARCHIVE DE BENIN WEB TV. Les commentaires sont fermés sur cette version.