La première télé béninoise 100% Web

Marché d’esclaves en Libye: Le message de Ernest Adjovi aux dirigeants africains

C’est avec une grande consternation que je suis le développement de l’actualité africaine qui, ces derniers jours, cristallise l’attention de l’opinion publique autour de la triste nouvelle de la traite des personnes humaines, et surtout la vente aux enchères des noirs en Libye.

Je joins ma voix à celle des nombreuses personnes qui, en Afrique et au-delà, se sont indignées face à cette triste nouvelle, et j’exprime toute mon amertume par rapport à ce que vivent les migrants noirs sur le sol Libyen.

La traite des personnes est un crime prévu et puni par plusieurs instruments juridiques internationaux. J’invite les instances de protection des droits humains en Afrique, notamment, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, à se saisir de cette affaire pour que ce crime ne reste pas impuni.

Il est très regrettable que de telles pratiques aient encore cours en ce 21ème siècle sur un continent qui a tant souffert de l’exploitation de l’Homme par l’Homme.

Mais au-delà de l’indignation nous devons avoir le courage de reconnaitre que cette situation est la résultante de la mauvaise gouvernance dont est l’objet la plupart de nos États en Afrique.

Une gouvernance faite de pillage systématique des ressources du pays, une gouvernance faite de népotisme, de clientélisme, de régionalisme et de tribalisme ne peut avoir pour conséquence que de jeter des milliers de jeunes préoccupés par la quête du vivre-mieux sur les routes dangereuses de la migration vers d’autres horizons supposés meilleurs.

Il est très affligeant de constater que des gens continuent de mourir de faim sur un continent aussi riche !

Il est souhaité que cette situation malheureuse, soit l’occasion d’une prise de conscience extraordinaire en Afrique et que passée l’amertume, les citoyens ainsi que les amis de l’Afrique puissent imaginer et imposer un Nouveau Plan de Développement de l’Afrique aux dirigeants du continent.

Vivement l’avènement d’une ère de sécurité humaine en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.