Salvador : 40 ans de prison requis contre une jeune femme pour avoir perdu son bébé

Une jeune femme va écoper de quarante ans de prison pour meurtre après avoir perdu son bébé.

Ce vendredi 16 aout 2019, une peine de 40 ans de prison pour meurtre a été requise devant le tribunal salvadorien contre une jeune femme de 21 ans qui a perdu son bébé.  Le verdict sera rendu le lundi prochain.

---Publicité---

Au Salvador dont la législation anti-IVG est l’une des plus strictes du monde,  le code pénal prévoit une peine de deux à huit ans pour les cas d’avortement. Mais dans les faits, les juges punissent de 30 à 50 ans de réclusion, la perte de bébé, acte qu’ils considèrent comme un « homicide aggravé« .

Adolescente pendant les faits, la mise en cause, Evelyn Hernandez agée de 21 ans, avait plaidé non coupable à l’ouverture du procès le jeudi dernier. Elle a expliqué que le bébé était mort-né. En juillet 2017, elle avait déjà été condamné à 30 ans de prison, mais cette décision a été annulée par la cour suprême, en février, après que la jeune femme ait passé 33 mois en cellule.

Les faits à l’origine de l’accusation d’Evelyn remontent au 6 avril 2016. La jeune femme alors enceinte, donne naissance à un bébé dans les toilettes. D’après son avocate Elizabeth Deras, Evelyn fut ensuite transférée à l’hôpital de la ville de Cojutepeque, ou elle a été arrêtée et accusée d’homicide. Il avait d’ailleurs été dit que l’accusée était tombée enceinte après un viol. Cependant son avocate ne tient pas à donner des détails, à la demande de sa cliente qui pourrait faire l’objet de représailles, puisqu’elle vit dans un quartier contrôlé par des gangs.

Cette fois-ci, pour son deuxième procès, le ministère public du Salvador, a changé de chef d’accusation. Précédemment accusée d’homicide aggravé avec préméditation, la jeune fille est désormais accusée d’homicide aggravé par négligence. Selon la coordonnatrice de l’ONG ACDATEE qui milite pour la dépénalisation de l’avortement au Salvador, Morena Herrera, demander 40 ans de prison, c’est une véritable folie, c’est une aberration juridique. «Nous espérons un verdict d’acquittement: il n’y a aucun élément qui permette de penser qu’Evelyn avait l’intention de mettre fin à la vie du bébé […] c’était un accident», a défendu l’un des avocats de la jeune femme.

Dans l’attente du verdict, une cinquantaine de militants pour les droits des femmes, ont protesté au nord-est de San Salvador, devant le tribunal de Ciudad Delgado. Les cris de « Liberté pour Evelyn » et « A bas le patriarcat » fusaient de partout.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus