Golfe persique : l’Iran sort les griffes avec de nouveaux missiles, les USA restent silencieux

L’Iran a testé un nouveau missile,  a déclaré le commandant du Corps des gardes de la révolution islamique (IRGC), selon l’agence de presse Tasnim.

« Notre pays est toujours le théâtre d’essais de divers systèmes de défense et de systèmes stratégiques. Ce sont des mouvements incessants pour le développement de notre force de dissuasion », a déclaré samedi le major-général Hossein Salami. « Et hier a été l’une des journées les plus réussies pour cette nation », a-t-il déclaré sans fournir plus d’informations sur le missile.

---Publicité---

Jeudi, l’Iran a présenté ce qu’il a décrit comme un système de défense aérienne antimissile sol-air de longue portée, construit dans le pays. Malgré ces démonstrations de force, les Etats Unis n’ont toujours pas réagi et Trump reste silencieux sur le sujet. Toutefois les américains forment une coalition de plusieurs nations afin de surveiller le détroit d’Ormuz.

L’année dernière, le président américain Donald Trump s’est retiré d’un accord international sur le programme nucléaire iranien et a renforcé les sanctions à l’encontre de Téhéran afin de freiner le développement de missiles balistiques et son soutien à des parties en Syrie, au Yémen, au Liban et en Irak. Les deux pays ont échangé des menaces et des avertissements depuis lors.

L’Iran a abattu un drone de surveillance américain dans le Golfe avec un missile sol-air en juin, déclenchant presque un conflit avec les États-Unis. La République islamique a déclaré que le drone avait survolé son territoire, mais Washington a affirmé qu’il se trouvait dans l’espace aérien international. Les tensions régionales se sont intensifiées en mai lorsque les États-Unis et leurs alliés, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ont accusé l’Iran de saboter des pétroliers dans le détroit d’Ormuz, accusations démenties par l’Iran.

Le ministère britannique de la Défense a annoncé ce mois-ci que des navires de la Royal Navy travailleraient aux côtés de la US Navy pour escorter des navires dans le détroit. La Grande-Bretagne offre aux navires battant pavillon britannique une escorte navale depuis que le CEI a saisi un pétrolier britannique le mois dernier. Cette décision faisait suite à la saisie d’un pétrolier iranien au large de Gibraltar en juillet par les britanniques. Les Royal Marines britanniques ont saisi le navire en juillet, soupçonnant qu’il expédiait du pétrole vers la Syrie, en violation des sanctions imposées par l’Union européenne. L’Iran avait nié que le pétrolier se soit jamais dirigé vers la Syrie.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus