Libye: les puissances se foutent tous de l’embargo sur les armes, l’ONU fait le rappel à l’ordre

Tous les pays doivent mettre en œuvre l’embargo sur les armes imposés par les Nations Unies à la Libye, a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres alors que des transferts d’armes illégaux par voie terrestre, maritime et aérienne alimentent les combats en cours dans ce pays riche en pétrole.

Guterres a lancé cet appel dans un rapport publié lundi avant l’approbation unanime par le Conseil de sécurité des Nations Unies d’une résolution autorisant l’inspection des navires en haute mer à destination ou en provenance de la Libye pour un an supplémentaire afin de faire respecter l’embargo sur les armes.

---Publicité---

L’opération Sophia de l’Union européenne a été la seule opération navale régionale à effectuer des inspections. Les experts des Nations Unies chargés de surveiller l’embargo sur les armes, des pays et des organisations régionales « ont tous fait état de transferts illicites d’armes et de matériel connexe à destination et en provenance de Libye », a souligné Guterres.

La mise en œuvre de toutes les mesures liées à l’embargo sur les armes est « d’une importance immédiate pour désamorcer la situation actuelle » et « d’une importance cruciale pour la protection des civils et le rétablissement de la sécurité et de la stabilité en Libye et dans la région », a déclaré le secrétaire général.

‘Conflit croissant’

La guerre civile en Libye en 2011 a renversé puis tué le dictateur de longue date Mouammar Kadhafi. Le chaos qui a suivi a abouti à un pays divisé, avec une administration faible mais reconnue par l’ONU dans la capitale, Tripoli, et un gouvernement rival à l’est, aligné sur l’Armée nationale libyenne, dirigé par le commandant militaire Khalifa Haftar. Chacune est soutenue par un ensemble de milices et de groupes armés qui se disputent ressources et territoires. Haftar a lancé une offensive militaire début avril dans le but de s’emparer de Tripoli en dépit de l’engagement pris de se diriger vers des élections dans ce pays d’Afrique du Nord. Les affrontements ont reculé au début du mois sacré du ramadan, le mois sacré des musulmans, mais se sont ensuite intensifiés.

Le directeur politique britannique, Stephen Hickey, dont le pays a parrainé la résolution des Nations unies, a exprimé sa profonde préoccupation sur « le conflit désormais prolongé et l’escalade », qui a entraîné une détérioration de la sécurité et de la situation humanitaire en Libye. « Toute arme entrant en Libye ne fera qu’aggraver le conflit et réduire les chances d’un cessez-le-feu », a déclaré M. Hickey au Conseil de sécurité. « Le respect de l’embargo sur les armes n’est qu’un élément de la solution en Libye, qui nécessite un dialogue politique complet et une réconciliation ». L’Angleterre, la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire et l’Indonésie ont réitéré leurs appels à un cessez-le-feu et à la reprise des pourparlers politiques menés par l’ONU.

‘Approvisionnement constant’

Jerry Matjila, ambassadeur sud-africain, a déclaré: « Cela fait deux mois que la crise a éclaté en Libye, sans aucun respect pour les appels de ce conseil à un cessez-le-feu par toutes les parties au conflit », qui, selon lui, est « alimenté par la fourniture constante d’armes ».

Alors qu’en mars, le mandat de l’opération Sophia avait été prolongé jusqu’au 30 septembre, l’UE avait suspendu le déploiement de navires, affirmant qu’elle enverrait davantage d’avions pour surveiller la zone. L’Italie commande l’opération Sophia, mais le gouvernement populiste de Rome refuse d’autoriser ses navires de patrouille ou ses navires de sauvetage à des groupes d’aide qui secourent des réfugiés et des migrants, à débarquer dans des ports italiens. La décision de l’UE de suspendre la mission navale était largement perçue comme visant à apaiser les tensions avec le gouvernement anti-migrant italien.

Matjila et l’ambassadeur de Côte d’Ivoire, Kacou Adom, ont exprimé leur inquiétude devant la suspension de l’opération navale par l’opération Sophia. Adom a appelé les pays à mettre immédiatement à disposition du matériel pour l’opération « afin qu’il soit plus efficace ». Juergen Schulz, ambassadeur adjoint de l’Allemagne aux Nations Unies, a soutenu les appels des Nations Unies à tous les pays pour la mise en œuvre de l’embargo sur les armes, soulignant que, dans le contexte actuel, il est « plus important que jamais ». « Une offre d’armes apparemment illimitée alimente la croyance erronée en une solution militaire au conflit et contribue à la réticence des acteurs sur le terrain à accepter un cessez-le-feu » et à reprendre le processus politique dirigé par l’ONU, a déclaré Schulz.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus