Libye: l’armée de Haftar appelle à une révolte à Tripoli

L’Armée nationale libyenne (LNA) de Khalifa Haftar a appelé vendredi 17 mai à une révolte à Tripoli face aux signes de bouleversement populaire parmi les habitants contre le gouvernement de l’Accord national (GNA) à la suite de trois attaques de milices dans la capitale.

La LNA a déclaré que les milices pro-GNA avaient arrêté arbitrairement des centaines de partisans de l’armée à Tripoli. Les milices de Misrata ont arrêté environ 180 partisans de la LNA et les détiennent dans une ferme sur la route d’al-Sidra, a indiqué la LNA. L’armée a déclaré qu’il s’agissait de la dernière d’une série d’arrestations qui avaient visé des sympathisants présumés de la LNA. Elle a donc appelé les habitants de Tripoli, «dont les fils sont retenus prisonniers par les milices, à se lever et à se débarrasser» des hors-la-loi. En outre, la LNA a déclaré que des émeutes avaient éclaté jeudi à Tripoli suite à des crimes commis par les milices contre les locaux. Des témoins ont déclaré aux médias que des émeutes avaient éclaté lorsqu’un jeune qui achetait du café dans la région de Bab Ben Ghashir a été tué par une balle perdue tirée par des milices. Un autre civil a été tué par les hommes armés après qu’il les a empêchés de perquisitionner son domicile dans le district d’Ain Zara. Un troisième civil a été renversé par un véhicule de la milice après l’avoir empêché d’accéder à une route.

---Publicité---

Des vidéos diffusées sur les médias sociaux ont montré des habitants incendiant des édifices en signe de protestation contre les milices pro-GNA. Dans un effort pour contenir la colère, le GNA a annoncé que le militant qui avait tué le café-spectateur avait été arrêté. Par ailleurs, Haftar doit s’entretenir avec le président français Emmanuel Macron au milieu de la semaine prochaine pour discuter de la reprise des négociations de paix dans le pays, a annoncé jeudi une source présidentielle française.  « Ils discuteront de la situation en Libye, des conditions pour un retour au dialogue politique à la suite de la visite du chef du GNA, Fayez al-Sarraj, et en coordination avec les Nations unies et ses partenaires », a déclaré la source à Reuters.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus