France: Les deux ex-otages du Bénin ont pris « des risques majeurs », Jean-Yves Le Drian

Invité sur Europe1 ce samedi 11 avril matin, le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a déploré l’assassinat des deux soldats français dans l’opération de libération des otages. Il déplore également la légèreté dont ont fait montre les deux touristes qui ne devraient pas se rendre au sud du Sahara par ces temps qui courent. Il estime que ce sont des risques à ne pas prendre.

Le ministre français des affaires étrangères rend un hommage aux deux soldats français tombés sous les balles des terroristes du Sahel dans la nuit du jeudi au vendredi. Il exprime toute la désolation, l’amertume, la tristesse et la souffrance qu’éprouve le gouvernement au sujet de la disparition tragique des deux « vaillants soldats ». « C’est un bel exploit, qui malheureusement a fait deux morts au combat, pour lesquels la France doit s’incliner », laisse-t-il entendre. Pour lui, les Français doivent éviter d’exposer les soldats qui font beaucoup pour le pays.

---Publicité---

Quant aux deux otages pris le 1er mai dans la partie septentrionale du Bénin, le chef de la diplomatie française pense que c’est « un risque majeur ». C’est d’ailleurs pour cela qu’il déclare que « la zone où étaient nos compatriotes était considérée depuis déjà pas mal de temps comme une zone rouge, c’est-à-dire une zone où il ne faut pas aller, où on prend des risques majeurs en allant. » Pour éviter de tel incident à l’avenir, Jean-Yves Le Drian poursuit: « je pense qu’il faut que tous ceux qui veulent faire du tourisme dans ces pays s’informent auparavant de ce qu’on appelle les ‘conseils aux voyageurs’, qui sont mis en place et entretenus régulièrement par le Quai d’Orsay et qui indiquent les zones sûres, les zones à petit risque et les zones à gros risque. »

Il va finir son intervention en disant clairement que les pays au Sud du Sahara sont des pays qu’il ne faut plus fréquenter pour le moment. Car, la sécurité des personnes y est menacée. Aussi, invite-t-il les dirigeants africains à prendre des dispositions idoines afin d’éviter que « nos soldats soient sacrifiés ».

 

---Publicité---

4 commentaires
  1. adjin fructueux dit

    le guide béninois qui est assassiné ne te dit rien monsieur le ministre ?

  2. Paix et bien dit

    Je m’en veux d’avoir perdu mon temps à lire cet article raciste. Fiacre Gbédji, pour cet homme, n’est rien.
    Mais pour nous autre, il est un étre humain qui a perdu la vie, en voulant aider d’autres etres comme à s’offrir une détente.
    Repose en paix, Fiacre. Que la terre de tes ancêtres te soit légère.

  3. Ulrich k. dit

    Le guide béninois était aussi une personne à ne pas cotoier ? Vraiment je me demande pourquoi les béninois et les africains résident encore en France.

  4. sultan aziz dit

    Pour etre honnete..avec moi…j’ai peur..vraiment peur pour mon pays..

    Cette gangréne..djihadisre..qui nous avait épargné..trouve des terrains fertiles

    D’abord..la cohésion nationale…mies en cause par raffle tout..fragilise le pays

    Des nagots…refugiés au nigeria chez leur cousins..de ce grands pays

    Quelques rescapés..des « initiatives de nikki »..réfugés dans kora states…

    Les frustrés de l’intérieurs..qui n’attendent..une opportunité..pour défendre…qui komi kouché..simplistes,ajavon…

    Enfin des wahhabites…qui n’attendent que ça pour imposer la charia…

    Pauvre de mon pays…!!!…et que feront un gouvernement et un parlement illigétime….

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus