Burkina Faso: encore un prêtre catholique assassiné à Bobo Dioulasso

Au Burkina Faso, un prêtre espagnol a été assassiné par un ancien employé du centre Don Bosco dans la ville de Bobo Dioulasso, deuxième plus grande ville du pays, rapporte Koaci.

Selon les autorités locales, le père Antonio Fernando a été tué dans l’arrondissement 4 de Bobo Dioulasso, abritant le centre Don Bosco. Le maire, Bakoné Millogo, indique que l’homme de Dieu était en train de déjeuner en compagnie d’autres responsables du centre dont le directeur et l’économe, lorsque le drame arriva. «Nous avons appris l’assassinat au centre Don Bosco et nous nous sommes déportés sur le lieu où nous avons trouvé le corps gisant dans le sang », a déclaré l’autorité locale cité par KOACI. «C’est un père blanc espagnol qui a été assassiné. D’après Les informations, l’auteur de l’assassinat est un ancien employé qui a travaillé pendant près de dix ans au sein du centre Don Bosco. Il maîtrisait très bien le centre et les habitudes des occupants, donc pouvoir rentrer sans se faire voir et commettre son forfait », a-t-il expliqué.

---Publicité---

Présent dans le centre au moment de l’attaque, un témoin relate que «c’est pendant qu’on mangeait que le cuisinier est venu nous informer que notre ancien cuisinier avait attaqué le père Fernando. Nous sommes descendus le voir toujours tenant un couteau à la main. On a dû patienter quelques temps avant de le maîtriser et prévenir la police. Les uns et les autres ne voulaient pas attendre l’intervention de la police mais semer dure justice sur place, ce que nous avons pu empêcher ». Il continue et ajoute que le meurtrier «s’était réfugié dans une voiture dans laquelle on l’a trouvé caché et certains ont même cassé la voiture en voulant le faire sortir ». Le média indique que, outre le prêtre assassiné, deux autres personnes ont également été blessées. Pour le moment, le mobile du meurtre n’est pas encore connu.

C’est derniers jours, des agressions djihadistes contre des églises et des chrétiens font rage au Faso. Dimanche, un prêtre et cinq fidèles ont été sommairement exécutés par des hommes armés dans une église, quelque jour plus tard, ce sont quatre chrétiens qui trouvent la mort tués par des terroristes, alors qu’ils revenaient d’une procession. Le président Rock Marc Christian Kaboré a déclaré qu’il s’agit d’une manœuvre des terroristes pour créer un climat de suspicion entre les religions.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus