Bénin: le dispositif sécuritaire autour du domicile de Boni Yayi renforcé

 Les encablures du domicile de l’ancien chef d’Etat, Boni Yayi, sont depuis le 1er mai 2019 sous surveillance policière. Après quelques semaines, une partie de la garde a été retirée. Mais le domicile reste assiégé jusqu’à ce jour. Seulement, ce matin, le dispositif sécuritaire est renforcé avec à la clé, le déploiement d’unités spécialisées dans le périmètre de sa résidence.

La police républicaine veille au grain dans le quartier Cadjèhoun. Ce matin, à la grande surprise des riverains, la sécurité aux alentours du domicile de l’ancien chef d’Etat est corsée. Les agents de la police républicaine ont été à nouveau déployés sur le terrain pour renforcer leurs collègues qui y étaient depuis bientôt un mois. Les agents de la compagnie républicaine de sécurité (Crs) ont rejoint le mouvement pour, si on s’en tient aux propos du ministre de la justice, assurer la sécurité de l’ancien chef d’Etat. Alors que celui-ci n’est pas demandeur, dénoncent les forces de la résistance.

---Publicité---

Selon certaines sources contactées par la rédaction de Bénin Web TV, tout serait parti de l’annonce d’une visite de courtoisie à Boni Yayi par ses camarades de lutte. Les forces de l’opposition auraient voulu rendre visite à l’un des leurs qui est contraint de vivre en résidence surveillée depuis plus de trois semaines. C’est, nous renseignent nos sources, après l’annonce de ce déplacement des forces de l’opposition que la sécurité est renforcée dans le périmètre immédiat du domicile de Boni Yayi. La semaine dernière, Séverin Quenum, garde des sceaux de Patrice Talon a fait savoir que le déploiement des forces de sécurité dans la rue donnant accès au domicile de l’ancien patron de la Marina relève des mesures sécuritaires. Hier mardi 21 mai, les forces de la résistance ont  dénoncé une assignation irrégulière à domicile du leader des Forces cauris pour un Bénin émergent.

---Publicité---

5 commentaires
  1. SAS dit

    Le géniteur de Bénin Control tremble chaque fois que la population évoque le nom de Yayi.
    La politique brutale de Talon devient une source de compassion du peuple et de popularité pour un homme vomi en 2016 par ce même peuple.
    Où se trouve aujourd’hui les 65% de la population ayant plébiscité la vision de Talon en 2016 ? Talon est en train de perdre le pari d’etre porté en triomphe car un peuple ne porte jamais en triomphe un dictateur quelles que soient ses réalisations

  2. Amos dit

    Cette association de bandits ne sait pas que nous sommes fatigués d’eux. D’anciens dictateurs criminels et leurs voyous de plus jeunes acolytes. Prêts à vendre le pays pour leurs intérêts.personnels et égoïstes. Ils n’auront que leurs idiots derrière eux. Une méga association de malfaiteurs à la solde de l’impérialisme et du néocolonialisme !!!

  3. louis dit

    Les 65% sont là. Ils sont peut être encore plus… c’est vous qui croyez qu’on porte quelq’un en triomphe pour sa gentillesse…

    1. Ledoux dit

      Les 65% ne sont plus la Louis.
      Talon a perdu les pedales, et persiste dans sa derive Avec sa Police Pretorienne. Car nous n’avons plus une Police Republicaine. L’armee est au meme niveua que la Police.
      C’est mon Point de vu, et c’est grave ce qui se passe presentement au Benin Sous Talon

  4. Ledoux dit

    @ Loius Les 65% ne sont plus la.
    Nous n’avons plus une Police repblicaine. La Police et L’armee sont devenus Pretorienne. C’est grave ce qui se passe presentement Sous Talon.
    Les commentaires critiques sont immediatement suprimes. Ou est cette liberte d’expression????

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus