--- Publicité---

Bénin: carte géopolitique du bureau de l’Assemblée nationale

Le bureau de l’Assemblée nationale est connu ce vendredi 17 mai 2019. Les Béninois découvrent enfin le remplaçant d’Adrien Houngbédji. Mais la carte géopolitique intéresse plus d’un.

Le nouveau président de l’Assemblée nationale, le douanier à la retraite, Louis Vlavonou, est un élu de l’Union progressiste. Fidèle à l’Union fait la nation de Bruno Amoussou, il a mené tous les combats contre le régime de la refondation dans le département du Plateau aux côtés d’Antoine Kolawolé Idji.

---Publicité---

Originaire de la commune d’Ifangni, Louis Vlavonou a capitalisé l’expérience pour conduire le navire à bon port. La première vice-présidente, celle qui remplace Sacca Lafia au sein de l’Hémicycle, vient du département du Borgou. Membre de la commission béninoise des droits de l’homme, elle milite pour le respect de la personne humaine. Membre de l’Union progressiste, elle puisera de la citerne du stratège Sacca Lafia pour répondre aux besoins en temps opportun.

Le deuxième vice-président, Robert Gbian, conservant son siège, est originaire de Bembèrèkè dans le département du Borgou. Il a bénéficié de ses pairs pour le poste qu’il a occupé sous la précédente législature. Boniface Yèhouétomè, élu de la 24ème circonscription électorale, est originaire du département du Zou. Ancien deuxième questeur, il remplace Valentin Aditi Houdé au poste de premier questeur. André Okounlola, ancien député Fcbe et actuellement sociétaire du Bloc républicain, occupe le fauteuil du deuxième questeur. Originaire de Savè, il a l’habitude de défendre à cor et à cri les projets qui lui semblent pertinents. C’est le département des Collines qui l’a vu naître. Le poste de premier secrétaire parlementaire revient à Sofiath Schanou de l’Ouémé. Elle conserve son poste à l’instar de Robert Gbian. Délonix Kogblévi, de la 16ème circonscription électorale, aura le privilège, pour sa première expérience parlementaire de remplacer Alexis Agbélessessi au poste de deuxième secrétaire parlementaire. C’est désormais clair que les départements du Borgou, de l’Ouémé, du Plateau, du Zou, des Collines et du Littoral ont réussi à ravir la vedette aux autres départements.

Les commissions et groupes parlementaires pour les autres

Les autres départements n’ont pas encore tout perdu. Quand bien même la loi donne le caractère national à tout député élu, il n’en demeure pas moins vrai que chaque député est scellé à ses origines. Pour ne pas être loin de la marmite, les autres doivent batailler pour s’arracher la tête des groupes parlementaires et des commissions parlementaires.

 

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus